Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 10:17

La critique constructive est légitime. Mais...

22 février 2017, Chaire de Saint Pierre

 

 

Mgr Guido Pozzo

Archevêque titulaire de Bagnoregio

Secrétaire de la Commission Pontificale

“Ecclesia Dei”

 

Du Vatican, 27 janvier 2017

 

Chère Rédaction

En référence à Votre lettre du 15 janvier 2016, je n’ai pas de difficulté à répondre qu’il n’y a aucun contraste entre ce que j’ai exposé dans ma conférence du 4 avril 2014 dans le siège de l’Institut du Bon Pasteur et ce que j’ai déclaré à Zenit dans l’interview mentionnée. Dans ladite conférence j’ai proposé, entre autres, certaines considérations et réflexions visant à clarifier et préciser l’enseignement de Vatican II sur la liberté religieuse et à propos du caractère pastoral du Concile Vatican II. Il n’y a donc aucune limitation à discuter, examiner, approfondir et clarifier des matières concernant le rapport Eglise et Etat en matière de liberté religieuse, des questions œcuméniques ou relatives au dialogue inter-religieux. Mon intention lors de cette rencontre était justement celle de porter une contribution à la clarification et à la nécessaire précision de certains thèmes, surtout compte-tenu des indications du Pape Benoit XVI, non pas donc pour fermer le discours, mais pour l’orienter dans le sens correct, c’est-à-dire non en contraste avec l'enseignement du Magistère constant de l’Eglise, mais dans la ligne du développement cohérent et de l’explicitation.

Cependant, l’essentiel est ce que Mgr Fellay lui-même a déclaré dans un interview de l’année dernière : “nous pouvons exposer le problème et voir les ambiguïtés, mais c’est justement Rome qui a l’autorité pour éclaircir”. Je crois que cela vaut pour la FSSPX comme pour les autres.

En vous communiquant ce qui précède, avec mon respect distingué.

+ Guido Pozzo

Archevêque tit. de Bagnoregio

 

***

 

Nous remercions Son Excellence Mgr Pozzo pour cette lettre (ici l’original), nous adhérons certainement à ce que Mgr Fellay a déclaré à cette occasion et que Mgr Pozzo pose comme pilier: “nous pouvons exposer le problème et voir les ambiguïtés, mais c’est justement Rome qui a l’autorité pour éclaircir”. Nous ajoutons que, si la vérité historique vaut quelque chose, ce pilier est depuis toujours constitutif de notre position. Mais, sans reprendre au début ce que nous avons déjà exposé, la question qui demeure est double. Quant à Mgr Fellay, qui proclamait la nécessité absolue d'éclaircir et corriger les principes de la crise de manière préliminaire à n’importe quel accord: un tel éclaircissement a-t-il été fait ou est-il encore à faire ? Et quant à l’ouverture de principe contenue dans la réponse de Mgr Pozzo, le tout est de voir - au-de-là des intentions personnelles - comment elle se concrétise. Ce seront aussi les faits qui apporteront cet éclaircissement.

 

La Rédaction de Disputationes Theologicae

Association de clercs Saint Grégoire le Grand

Partager cet article

Repost 0
Published by Disputationes theologicae