Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 18:17

Hommage à Pie IX

 

29 septembre 2014, Saint Michel Archange

 

far371565.jpg

 

Disputationes Theologicae, en voulant honorer le Bienheureux Pie IX en ce mois de septembre ( le 3 étant la date de sa béatification et le 20 septembre celle de la croix la plus douloureuse de son pontificat, l’occupation de Rome ), a posé des questions à Monseigneur Brunero Gherardini, Postulateur de la Cause de béatification du grand Pontife des Marches pendant de longues années.

 

1) Disputationes Theologicae: Le sacerdoce catholique face à la tentation facile du libéralisme. Un drame moderne vécu aussi par le Bienheureux Pie IX?

Mgr Gherardini: Le sacerdoce catholique peut toujours être exposé à la “tentation libérale” quoique dans des formes différentes; c’est surtout à partir de l’illuministe XVIIIème siècle que le clergé catholique est approché et parfois séduit par les “Lumières”. Les facteurs à évaluer sont multiples, un relâchement général sur des positions culturelles mondaines, un sens mal compris de l’exercice et du prestige de l’autorité ecclésiastique, une crise de la formation, une stagnation des études thomistes, quoique avec des exceptions louables, produisent un affaiblissement de l’identité catholique qui parfois cède aux infiltrations du jansénisme ou du sensisme, mais surtout du rationalisme. Pie IX vit dans une période post-révolutionnaire, qui malgré la Restauration (ou peut-être à cause aussi d’une Restauration mal dirigée) est parcourue par une mise en discussion des points fermes du passé et par une volonté, parfois sincère, de concilier le catholicisme avec les sollicitations de renouvellement du siècle. En soi les sollicitations de renouvellement, surtout dans les époques qui vivent un moment de fatigue, ne sont pas toujours à réprouver, le problème est que les ennemis de l’Eglise savaient les instrumentaliser et les canaliser vers des idées de type gnostique - quoique dans une forme bien masquée - et vers des dessins politiques qui - derrière des mots captivants - avaient l’intention d’éliminer de la société Notre Seigneur et son Eglise. Même sur le jeune Giovanni Maria Mastai Ferretti l’illusion du renouvellement fit son effet : sont connues ses fréquentations en tant qu’évêque des salons du comte Pasolini Dall’Onda dans lesquels circulaient les idées nouvelles, quoique dans une version modérée. Sont aussi connues ses deux premières années de pontificat pendant lesquelles il fut particulièrement sensible aux sollicitations d’ouverture. Notamment ses mesures dans le gouvernement des Etats Pontificaux se voulaient une façon de signifier qu’il n’était pas hostile aux “réformes”, comme on disait à l’époque. Il faut aussi rappeler que la Franc-Maçonnerie profita de son orientation pour le peindre comme “Pape libéral”, pour susciter l’enthousiasme dans une partie de la population et conditionner ainsi les futurs choix de Pie IX, en cherchant à le rendre prisonnier d’une image créée par eux-mêmes. On ne peut pas dire que le Pape Mastai fut tout à fait indemne de tels conditionnements, surtout dans un premier moment, et qu’il se rendit compte pleinement du piège qui lui était tendu. Les processions avec les images de Pie IX, surtout en 1846, pendant lesquelles certains libéraux saluaient les temps nouveaux et “leur” Pape, étaient la façon de l’époque pour conditionner le clergé - en exaltant les membres les plus ouverts - et avec lui la politique de l’Eglise. C’est peut être celui-ci le mode le plus sournois qui sollicite le clergé - hier comme aujourd’hui - vers la “tentation” libérale: les Hosanna du monde, qui illusionnent le clergé sur une possible conciliation entre libéralisme et catholicisme, dans une pacification surréelle avec le monde moderne. Mais qui en paye les frais, c’est souvent la saine doctrine, qui se retrouve - quoique avec les meilleurs intentions - emmêlée avec l’erreur, ainsi que la réelle libertas Ecclesiae qui se retrouve ligotée, et Pie IX s’en aperçut : l’exil forcé de Gaète et les atrocités de la Repubblica Romana dissipèrent toutes éventuelles hésitations.

 

2) Disputationes Theologicae: La sainteté dans le “renoncement à soi-même”. Comment Pie IX laissa de côté l’homme Giovanni Maria Mastai Ferretti pour le bien suprême de l’Eglise.

Mgr Gherardini: Lorsqu’on renonce à soi-même pour Jésus-Christ, lorsqu’on arrive même à mépriser ou du moins à corriger et mortifier ce qu’on constate en soi-même qui n’est pas conforme à son état, selon la volonté de Dieu, c’est là que réside la sainteté, surtout si on est un homme d’Eglise et même Souverain Pontife. La capacité de faire prévaloir la fonction sur la personne, Pierre sur Simon. Si certaines faiblesses intellectuelles pourraient par soi ne pas être toujours coupables, pour la sainteté d’un Pape on demande une purification profonde non seulement de l’action, mais aussi de l’intelligence. Et cela est demandé particulièrement dans les difficultés de nos temps. La plus haute des facultés doit s’efforcer de laisser ce qui dans sa propre pensée peut être même indirectement nuisible à l’Eglise, c’est le plus grand des renoncements parce qu’il a son siège dans la plus haute des facultés; c’est vraiment le renoncement à soi-même pour être fidèle à l’Eglise - et non pas à ses propres orientations ou ses aspirations personnelles - pour le bien commun suprême. Quand on analyse la sainteté des Papes, ou des Rois, cette évaluation qui se rapporte aux soins du bien commun s’impose d’une façon encore plus pressante. Et Pie IX fit ce renoncement, sinon tout de suite, du mois pendant son Pontificat - ce qui n’enlève rien à son mérite, et en ajoute peut être, en ayant été lui même docile au travail de la grâce d’état - en prononçant lui aussi son “Aeneam reicite, Pium accipite”. Si l’homme Giovanni Maria Mastai a pu se tromper par le passé, dorénavant Pie IX mettra toutes ses forces au service de l’Eglise, en s’efforçant de penser en tout comme l’Eglise pense. Il sera outragé, il sera accusé de trahison par les libéraux, il ne sera pas compris par la partie de son clergé qui préférait une vie tranquille et les revenus des bénéfices ecclésiastiques à la Croix du Christ, mais il alla de l’avant quand même, en passant à travers la satire des ennemis, l’expropriation des biens ecclésiastiques, les insultes à la fonction sacerdotale, la profanation de la Ville Sainte en 1870. Il ne se laissa pas non plus influencer par la propagande des journaux - qui encore aujourd’hui, après presque 150 ans, continue de l’offenser avec la même haine, que l’on pense à la campagne pendant les mois de sa béatification -, parce que son être “Pius” imposait qu’il défende l’Eglise et peu importait si le plus mondain “Aenea” devait en pâtir. Il était en jeu le bien de l’Eglise et l’histoire dira combien le monde catholique lui est débiteur, lui qui le guida pendant une époque parmi les plus difficiles qu’il n’ait jamais connus, avec une prudence, une sagacité, une pondération, et une intelligence finissime.

 

3) Disputationes Theologicae: Comment décrire la charité et la pastoralité du bienheureux Pie IX?

Mgr Gherardini: La charité est l’amour de Dieu et l’amour du prochain par amour de Dieu, la “pastoralité” est la conduction du troupeau selon cette prudence surnaturelle qui vise à porter le plus grand nombre de personnes à l’unique fin avec les moyens voulus par Dieu et non pas par les hommes. La charité de Pie IX s'exerça donc in primis dans la vérité, par sa fermeté dans la doctrine et dans la politique, par ses encycliques et ses documents qui a une époque de désarroi ramenèrent la lumière pérenne et toujours nouvelle des immuables vérités révélées; qu’il suffise de citer l’effort de la convocation de Vatican 1er, sans oublier l’ampleur du travail théologico-doctrinal qui précéda et suivit le Concile du Primat. Rien n’est plus saintement pastoral pour le successeur de Pierre que de “confirmer ses frères” dans l’unique vraie foi du Christ, selon les paroles mêmes du Rédempteur. Et à la défense de la vérité s’accompagne toujours le martyre, qui n’est pas toujours de sang, mais qui est souvent martyre de l’âme, martyre de la réputation, martyre pour la douleur éprouvée par ses propres compagnons de bataille, qui ont partagé ce qui aux yeux du monde est une défaite, comme en ce 20 septembre 1870. Le lendemain Pie IX, en se penchant pour donner la bénédiction aux zouaves pontificaux - et l’on voit ici toute son humanité chaleureuse - dut se retirer du balcon parce qu’il ne pouvait pas retenir ses larmes, en faisant sienne, non seulement la souffrance de l’Eglise, mais aussi la peine de ces jeunes valeureux qui contre tout espoir humain avaient voulu offrir à Pierre leur hommage. Voilà le Pasteur aimant, qui fait tout le possible pour que même Victor Emmanuel II - qui avait objectivement bien mérité l’excommunication - puisse mourir réconcilié avec Dieu si nécessaire en révoquant temporairement la sanction à l’article de la mort, jusqu’aux signes espérés de repentance. C’est par cette même charité pastorale qu’il envoya dire à Garibaldi, alors qu’il parcourait le Latium : “dites à Garibaldi que celui qu’il appelle le “Vampire du Vatican” ce matin encore a dit la messe pour lui”.

 

La Rédaction

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans A l'école théologique romaine
commenter cet article
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 18:27

Face aux “vents épiscopalistes” : étude sur la collégialité et la doctrine catholique


                                                                         29 août 2014, Décollation de Saint Jean Baptiste

 

Cattura.JPG

L’affrontement entre la théologie romaine et l’ “alliance européenne”

 

1ère partie ici


II) Analyse de la collégialité dans Lumen Gentium  18-22


Lumen Gentium, la genèse controversée d’un texte

Le concile Vatican II aussi s’occupa de la collégialité épiscopale et du pouvoir pontifical dans la bien connue “constitution dogmatique” Lumen Gentium. Nous rappelons que cet adjectif “dogmatique” indique que l’argument dont on parle dans la Constitution se réfère à la théologie dogmatique; on est en train de spécifier que ce dont on parle est matière dogmatique, ce n’est pas pour cela que l’on est en train de parler dogmatiquement en définissant infailliblement. Donc cet adjectif ne signifie pas que toute expression contenue dans le document ait été dogmatiquement définie, mais qu’on est en train de parler - non pas avec un enseignement infaillible - d’une matière qui par soi se rapporte au dogme. Pour s’entendre, qu’on nous concède cette simplification, même un professeur de théologie dogmatique, quoiqu’avec une moindre autorité par rapport à une constitution conciliaire, parle de dogmatique, mais il ne définit rien dogmatiquement, car dans ce cas il n’en a pas les facultés. Différemment, un Concile valide a en soi la faculté de définir dogmatiquement avec Magistère extraordinaire infaillible, mais il doit toujours y avoir la volonté exprimée et évidente de définir un objet que l’Eglise a toujours enseigné et cru. Ce n’est pas le cas de Lumen Gentium, quoiqu’on ne puisse pas exclure que certains points, là où on répète ce que l’Eglise a toujours enseigné, puisent leur infaillibilité du dit Magistère ordinaire infaillible. Plus en général, au sujet de la “valeur magistérielle” des textes conciliaires, nous renvoyons aux articles déjà publiés par notre revue dans la section consacrée à ce sujet (cf: Quelle valeur magistérielle pour Vatican II?), sans oublier que le Concile lui-même n’a pas demandé pour soi la dogmatisation générale qui est arrivée post-eventum, comme cela est évident dans les Notificationes du Secrétaire Général du Concile du 16 novembre 1964[1].

Cette prémisse clarificatrice ayant été posée, et avant d’analyser les extraits de Lumen Gentium relatif à la collégialité et la Nota Explicativa Praevia (voulue pour corriger les interprétations erronées, quand elles n’étaient pas hérétiques, qui s’étaient immédiatement manifestées), il faut rappeler une fois de plus que la lecture de ces textes ne peut pas se faire sans tenir compte de leur genèse dans les commissions ou dans l’aula conciliaire. Le lecteur avisé n’aura pas de difficulté à remarquer que deux camps se sont affrontés, pour ainsi dire, toutes les trois lignes. Le résultat n’est pas un texte conçu de façon unitaire, ni une synthèse, quoique bigarrée, d’apports différents, mais l’oeuvre finale se révèle plutôt comme un tissu hétérogène : il semble être cousu d’une seule pièce mais les étoffes, tout en étant l’une à coté de l’autre, sont différentes au niveau de la couleur et de la texture. Donc plus que d’une synthèse, on a souvent l’idée marquée d’une juxtaposition d’idées et de doctrines qui ne sont pas en harmonie entre elles. Parfois il est même évident qu’on a cherché à “encastrer entre deux virgules” des locutions qui se concilient mal avec l’ensemble de la phrase. Locutions proposées tantôt par un camp tantôt par l’autre pour améliorer, corriger, dévier, restreindre ou élargir, ce qui avait été déjà inséré par la contrepartie. Affrontement doctrinal qui, avec un peu d’attention à la syntaxe latine et au lexique utilisé, laisse des traces visibles dans des passages linguistiques qui trahissent un auteur différent de celui de la pensée qui précède ou qui suit. Le résultat est que la lecture est parfois fatigante et exige une attention continuelle pour pallier à l’absence d’homogénéité, scientifiquement décourageante; a fortiori donc la prudence est une obligation, néanmoins on peut avancer des observations critiques et même soulever des interrogations sérieuses.

 

Les prémisses introductives dans le Chapitre III de Lumen Gentium

Dans toute la Constitution sont présents des éléments qui peuvent se référer plus ou moins directement à la problématique de la collégialité; ils sont éparpillés tout au long du document, qui,  en plus d’être objectivement très long, alterne parfois des tons discursif et narratif, parfois exégétique. Le chapitre III, De Constitutione Hierarchica Ecclesiae et in specie de episcopatu, s’occupe de façon déclarée de la question; ici le Synode se propose “devant tous, d’énoncer et expliciter la doctrine qui concerne les Evêques, successeurs des Apôtres qui, avec le successeur de Pierre, Vicaire du Christ, et chef visible de toute l’Eglise, régissent la maison du Dieu vivant”[2].

 

Le Chapitre III, après un début au ton fortement pastoral, ne manque pas de rendre un acte d’hommage à l’infaillible Pastor Aeternus de Vatican Ier, dont les traces - dit-on - seront de nouveau parcourues. Tout au long du numéro 18, un ton pastoral chaleureux et la renonciation au langage scolastique laissent pour l’instant dans la fluidité les rapports entre Pierre et les Apôtres, ainsi que la nature du gouvernement de l’Eglise de la part du Pape et des Evêques, que le document affirme vouloir expliciter; on réaffirme que Pierre est “principe et fondement perpétuel et visible d’unité de foi et de communion”[3].  Au numéro 19, on trouve la mention de l’ensemble des Apôtres, constitué par le Christ en collège ou coetus. L’alternance des deux termes n’est pas fortuite et - redimensionnée par la coprésence de la plus traditionnelle mention de coetus - commence à paraître le terme plus controversé de collegium : “Apostolos ad modum collegii seu coetus stabilis instituit, qui ex iisdem electum Petrum praefecit[4].

A ce moment, on s’attendrait à une explication satisfaisante sur la nature des juridictions distinctes de Pierre et des Apôtres, et sur les analogies avec les juridictions du Pape et des Evêques à l’époque post-apostolique, en mettant aussi en évidence les éventuelles limites et les erreurs à éviter lorsqu’on fait usage de l’analogie Pierre/Pape et Apôtres/Evêques. Le lecteur reste par contre déçu, alors qu’il trouve au numéro 20 - dans une formulation encore une fois narrativo-littéraire - l’affirmation que la divine mission des Apôtres est la même que celle des Evêques, auxquels est confiée la vigilance sur tout le troupeau (“universo gregi”)[5]. En ce cas aussi, le problème n’est pas tant l’affirmation en soi, mais son caractère vague : en effet, il n’est pas du tout clair si ici la référence soit à une vigilance juridictionnelle sur toute l’Eglise, ou à une vigilance non juridictionnelle mais morale sur ce qui arrive dans l’Eglise entière, ou encore à une simple vigilance juridictionnelle sur le troupeau singulier qui leur est confié, comme la phrase suivante semble tranquilliser[6].

 

Au numéro 21, on retrouve que les Evêques ont été élus “pour paître le troupeau du Seigneur”[7], sans spécifier davantage. Dans un pareil contexte, en soi solennel et capital, il serait légitime de s’attendre à plus d’éclaircissements. En effet, une question surgit aussitôt : de quel troupeau s’agit-il et de quelle façon? Fait-on allusion au troupeau universel, en vertu peut-être de leur consécration valide et au fond de leur pouvoir d’ordre, ou parle-t-on du troupeau particulier qui leur est confié par Pierre en vertu de Sa juridiction souveraine ?

 

Il est plus que jamais légitime de formuler la question dans les termes sus-dits, parce que tout de suite on lit la phrase, pour le moins “vague”, qu’est conféré aux Evêques, par la consécration épiscopale, le pouvoir de gouvernement aussi : “le saint Concile enseigne que, par la consécration épiscopale, est conférée la plénitude du sacrement de l’Ordre [...]. La consécration épiscopale, en même temps que la charge de sanctification, confère aussi les charges d’enseigner et de gouverner”[8]. Il semblerait donc que le texte soit en train d’affirmer que la seule transmission du pouvoir d’ordre porte avec elle une certaine juridiction. Juridiction sur quoi ? Sur le troupeau universel en vertu de la consécration valide ou sur le troupeau particulier en vertu de la collation papale ? Le texte se tait sur l’extension d’une telle juridiction, mais il spécifie que son exercice ( qu’on note bien, on parle seulement de l’exercice ) présuppose la communion hiérarchique avec le chef et les membres du collège ( remarquons aussi que communion hiérarchique n’est pas synonyme de collation de juridiction ). Maintenant, même en voulant mettre de côté le fait que le “Souverain Pontife” est appelé comme “Chef du collège”, reste l’indétermination, l’imprécision et donc le danger d’une telle assertion. Que signifie-t-il de dire que pour l’exercice de la juridiction de tous les Evêques ( sur l’Eglise universelle ? ) il faut la “communion collégiale hiérarchique” ? S’agit-il peut être d’un “autre mode” orthodoxe - quoique numquam auditum a saeculo - de parler de la dérivation du pouvoir des Evêques résidentiels de celui souverain et universel du Pape ? Ou cela veut-il dire que les Evêques détiennent toujours “radicalement” la juridiction sur l’Eglise entière en vertu de l’ordre épiscopal valide, et que l’union de la communion entre eux et avec le Chef-collège est demandé seulement pour l’exercice valide ? Mais en ce dernier cas, le pouvoir papal pourrait-il encore se dire “souverain” et source du pouvoir épiscopal ou serait-il seulement une condition pour l’exercice valide de la juridiction ?

 

L'éternel problème du “subjectum quoque

 

C’est cependant Lumen Gentium 22 qui a été le point de la plus grande controverse, parce que l’expression est décidément plus audacieuse et problématique. Dès les premières lignes apparait l’idée que Saint Pierre et les Apôtres constituent un collège et que - “pari ratione”, c’est à dire avec une certaine idée de proportionnalité qui n’implique pas égalité entre le Chef et les membres du Collège, sera obligée de préciser la Nota Praevia[9] - on est en train de parler de Collège pour ce qu’est l’ensemble du Pape et des Evêques. On insiste plus d’une fois sur la “nature collégiale”[10] de ce qui est appelé quelques lignes après - avec un terme plus traditionnel et plus agréable au camp romain - “Corps” des Evêques[11]. Revient aussi l’idée que la consécration épiscopale soit suffisante à “incorporer” au collège ( vi sacramentalis consecrationis )[12], conjointement à la communion avec le “Chef du collège” et les membres. Cependant, une telle exigence de communion avec le Chef-collège n’apporte aucune véritable clarification sur les rapports juridictionnels, sur leur répartition, sur leur origine, sur leur exercice.

 

La phrase suivante a sous certains aspects un côté tranquillisant : “mais le collège ou corps épiscopal n’a d’autorité que si on l’entend comme uni au Pontife romain, successeur de Pierre, comme à son chef”, le Pape est “Vicaire du Christ et Pasteur de toute l’Eglise” sur laquelle il jouit d’un “pouvoir plénier, suprême et universel qu’il peut toujours exercer librement”[13]. Il semble en effet qu’on puisse pousser un soupir de soulagement et effectivement une telle précision a toute sa valeur, cependant que l’on ne s’illusionne pas d’être sorti du va-et-vient, déjà mentionné, de phrases insérées par les deux courants de pensée afin de réduire la portée des affirmations de l’autre camp.

 

On confirme en effet que le Pape jouit d’un pouvoir suprême, même seorsim, même séparément, même sans collège. Il est difficile de s’opposer directement à une telle vérité en raison des définitions infaillibles de Vatican Ier. Mais ici se trouve une grosse surprise. Affirmer que le Pape est le sujet du pouvoir suprême dans l’Eglise ne serait pas tout à fait synonyme qu’il est le seul sujet du pouvoir suprême, et - dans une perspective certainement pas thomiste - on pourrait supposer la coexistence d’un deuxième organe, régnant lui aussi avec suprême pouvoir, sans pour cela ( du moins en théorie ) déposséder le pouvoir papal.

 

On n’arrive pas à comprendre si cette thèse singulière soit contenue dans la phrase suivante: “l’ordre des évêques, qui succède au collège apostolique dans le magistère et le gouvernement pastoral, bien mieux dans lequel le corps apostolique se perpétue sans interruption, constitue, lui aussi, en union avec le Pontife romain, son chef, et jamais en dehors de ce chef, le sujet du pouvoir suprême et plénier sur toute l’Eglise[14].

 

Le texte semble vraiment dire que le collège est lui aussi sujet, est même lui sujet ( subjectum quoque ) de plein et suprême pouvoir. Les phrases qui suivent n’expliquent pas grand chose et elles sont encastrées les unes dans les autres de façon assez sibylline, au point que l’embarras des rédacteurs se fait ici presque tangible pour le lecteur. On continue de parler d’un pouvoir des Evêques comme “leur propre” ( propria potestate ), pour le bien de leurs fidèles, “et même de toute l’Eglise”, tout en respectant fidèlement “le primat et la prééminence du Chef-collège”[15]. Bref au numéro 22 l’expression linguistique et le renoncement au langage scolastique ne permettent pas de repérer les éclaircissements espérés sur la nature d’un pouvoir épiscopal au sujet duquel on n’arrive pas à comprendre s’il est restreint ou universel.

 

Que veut dire l’expression que le collège aussi - quoique en communion avec le Chef-collège - est sujet de plénier et suprême pouvoir sur toute l’Eglise? Le texte est-il en train d’affirmer, quoique de la  manière discursive récurrente, qu’il y a deux sujets de pouvoir plénier et suprême: le Pape seul et le Collège en communion avec le Pape (qu’ici serait plutôt le Chef-collège et qui d’ailleurs est appelé de cette façon même explicitement)?

 

L’ensemble des Evêques en communion avec le Chef-collège ( ce qui pourrait aussi s’entendre de façon bienveillante comme l’ensemble des Evêques catholiques validement ordonnés, en faisant abstraction qu’ils soient Evêques résidentiels ou pas ) détiendrait lui aussi - pour parler en termes scolastiques, que Lumen Gentium évite - la souveraine juridiction sur l’Eglise ? Le Concile est-il en train de faire une pareille affirmation ? Est-il peut-être en train aussi de tirer les conclusions de ce qu’il a évoqué au n. 19, c’est à dire que la consécration épiscopale valide, conjointement à la communion, serait suffisante pour jouir d’une certaine juridiction sur l’Eglise universelle, à exercer collégialement et avec le Pape ?

 

Ces questions, et d’autres, furent celles qui suscitèrent le recours à la fameuse Nota Explicativa Praevia. C’est à dire que le Pontife Paul VI, en répondant aux vives sollicitations de certains Pères et aux faux-pas effrontés de quelques novateurs, décréta la publication d’un document qui devait précéder ou du moins accompagner (“praevius”) la lecture de passages si librement interprétables, en mettant ainsi un certain frein aux dangers.

 

 

La Nota Explicativa Praevia

 

La Nota Praevia est une annexe au texte conciliaire, “préalable” justement à la lecture - mais qui de fait suit, parce que reléguée au fond et “loin” de Lumen Gentium -, qui apporte certaines précisions d’une valeur non secondaire. Cependant ce texte aussi, quoique voulu avec une intention de correction, trahit les limites d’un certain compromis entre les instances “romaines” et celles “collégialistes”, en continuant de laisser trop de “portes-ouvertes”.

 

Au n. 1, on y précise que le collège n’est pas à entendre “dans un sens strictement juridique, c’est à dire d’un groupe d’égaux, qui délégueraient leur pouvoir à leur président”[16] , c’est à dire que le Concile n’a pas voulu parler du Pape comme d’un Président délégué du collège des Evêques, ayant tous le même pouvoir; d’ailleurs l’alternance avec les termes “corps” et “ordre” en serait la confirmation[17] . De la même façon, on cherche à dissiper les doutes sur la transmission des pouvoirs extraordinaires des Apôtres aux Evêques, sujet sur lequel la Constitution avait été assez réticente. Il n’y a pas non plus d’égalité entre le Chef et les membres du collège[18]. Au n. 2 cependant, n’est pas dissipée la confusion de l’origine de l’ordre et de la juridiction, au contraire elle est alimentée : “on devient membre du collège en vertu de la consécration épiscopale et par la communion hiérarchique avec le chef du collège et ses membres”[19]. Bref, d’une certaine façon revient l’idée d’une collation de juridiction ( sur l’Eglise universelle ? ) en vertu de la consécration valide, même si pour son exercice - on le précise par la suite - demeure nécessaire la détermination canonique de l’autorité[20]. On précise aussi que, pour qu’on puisse légitimement parler de “communio”, un “vague sentiment” ( quodam affectu ) n’est pas suffisant, il faut toujours une certaine “forme juridique” ( juridicam formam exigit )[21].

 

Au n. 3 demeurent encore d’autres problèmes, on veut préciser la question du “subjectum quoque”. Le Collège - dit-on - co-entend son Chef, “qui dans le collège garde intégralement sa charge de vicaire du Christ et de Pasteur de l’Eglise universelle. En d’autres termes la distinction n’est pas entre le Pontife romain et les évêques pris ensemble, mais entre le Pontife romain seul et le Pontife romain ensemble avec les évêques”[22]. Donc le Pape d’un côté, le Pape et les Evêques de l’autre, mais le Pape est-il présent des deux côtés toujours à titre de Pasteur souverain et universel, cause et source de toutes juridictions, ou bien à deux titres différents et avec des facultés différentes ? En lisant la phrase suivante à propos du Collège il semble que même l’origine de la juridiction papale - au moins en tant que Chef-collège - aurait un certain aspect dérivé non pas de l’investiture du Christ, mais du fait d’être chef du Collège. Lisons : “ mais parce qu’il est le chef du collège, le Souverain Pontife, seul peut poser certains actes qui ne reviennent d’aucune manière aux évêques, par exemple convoquer le collège et le diriger, approuver les normes d’action, etc....”[23]. Mis à part le fait que les actions de compétence spécifique papale qu’on invoque et qu’on porte en exemple, sont presque plus semblable à celles d’un chef parlementaire moderne qu’à celles du Souverain Pontife, reste le fait du danger objectif de la phrase “parce qu’il est chef du Collège il peut faire certains actes”. Tout en concédant qu’on ne voulût pas faire allusion à un pouvoir délégué par les membres - donc venant d’en bas -, le fait reste que la façon de s’exprimer est pour le moins inopportune. Ni les phrases finales du n. 3 et le n. 4[24]  - tout en constituant une effective limitation aux déviations - spécifient vraiment la nature profonde de la juridiction papale et de la collégiale, bien qu’elles rappellent avec opportunité la suprême liberté dont jouit le Souverain Pontife dans l’exercice de “son pouvoir en tout temps et à son gré” et quoiqu’elles limitent l’exercice du Collège à des “intervalles” et “avec le consentement de son chef” parce qu’il n’est pas toujours “en acte plénier”[25]. Qu’on remarque cependant que cette dernière précision, quoiqu’elle constitue un frein réel à l’épiscopalisme, se limite encore une fois à parler du seul exercice et non pas de la nature et de l’origine du pouvoir évoqué.

 

Dans le Nota bene qui clôt le document, apparaît en plus la confirmation claire du fait qu’on ne veut pas rentrer dans les distinctions classiques d’ordre et de juridiction, comme cela a été exposé dans la première partie de cette étude. L’explicite renonciation à se prononcer sur la validité ou la licéité du “pouvoir” des “orientaux séparés”[26] confirme ultérieurement que la doctrine classique sur la distinction entre les pouvoirs d’ordre et de juridiction, sur la valide consécration épiscopale et sur la collation de juridiction restreinte est volontairement contournée. C’est dommage car, nous ne voyons pas comment il pourrait en être autrement, seules ces distinctions auraient permis un véritable éclaircissement de la question.

 

Nous savons que selon bon nombre de théologiens par la Nota Praevia la question pourrait se dire conclue, et que même des débats très récents ( avril 2012 ) ont liquidé la question par un renvoi générique à la Nota Praevia, laquelle permettrait, sans aucun problème, une interprétation “dans la continuité” de la collégialité de Lumen Gentium.

 

 

Conclusion

 

Pour comprendre l’erreur épiscopaliste, pour lire vraiment à la lumière de la Tradition la question de la “collégialité” en voyant dans quelle mesure et avec quel contour elle peut se dire ou pas en harmonie avec la doctrine catholique, il n’est pas possible de faire abstraction de la distinction capitale - plusieurs fois soulignée par l’Aquinate - entre pouvoir d’ordre et de juridiction. Dans la première partie de ce travail nous avons insisté sur un tel aspect de façon générale, dans la deuxième partie nous avons cherché à mettre en évidence comment l’oubli d’une telle vérité a permis les ambiguïtés que l’on rencontre dans le chapitre III de Lumen Gentium. Ambiguïtés qui sont constatées par la Nota Praevia elle même, laquelle - tout en ayant apporté des freins qui ne furent pas tout à fait inutiles, mais qui néanmoins ont été largement ignorés dans la période post-conciliaire - n’a pas résolu le problème de fond, qui tourne autour des rapports entre juridiction universelle et restreinte, souveraine et subordonnée, et encore autour de la nature du pouvoir épiscopal d’ordre et de juridiction.

 

Aujourd’hui, définir l’orientation théologique actuelle - dato non concesso que dans certains cas elle soit encore proprement théologique, c’est à dire fondée sur la foi surnaturelle et sur la saine raison - comme épiscopaliste serait peut-être un euphémisme. On frôle déjà, par exemple, la théorisation du parlementarisme ecclésiale, dans des formulations que même les schismatiques orientaux n’avaient pas encore théorisées. De fait, même l’hérésie gallicane du XVIIIème est dépassée et l'ecclésiologie courante - si on peut encore parler d’ecclésiologie - puise désormais ses racines dans la pensée de Hans Küng, qui ne s’impose pas seulement au niveau des intellectuels. Il est nécessaire néanmoins de s’interroger sur les effets des choix du passé récent, qui consistent aussi, entre autre, dans l’absence de condamnations explicites de l’erreur et dans la dépréciation précipitée de la théologie thomiste.

 

                                                                                                Don Stefano Carusi

 

 



[1] Denz. 4350-52.

[2] Denz. 4142: “Sacra Synodus cunctis fidelibus firmiter credendum rursus proponit, et in eodem incepto pergens doctrinam de Episcopis, successoribus Apostolorum , qui cum successore Petri, Christi Vicario ac totius Ecclesiae visibili Capite, domum Dei viventis regunt, coram omnibus profiteri et declarare constituit”. 

[3] Denz. 4142: “Ut vero Episcopatus ipse unus et indivisus esset, beatum Petrum ceteris Apostolis praeposuit in ipsoque instituit perpetuum ac visibile unitatis fidei et communionis principium et fundamentum”. La référence est à la Pastor Aeternus de Vaticano I.

[4] Denz. 4143.

[5] Denz. 4144: “commendantes illis ut attenderent universo gregi, in quo Spiritus Sanctus eos posuit pascere Ecclesiam Dei”.

[6] Denz. 4144: “presidentes gregi, cuius sunt pastores ut doctrinae magistri, sacri cultus sacerdotes, gubernationis ministri”.

[7] Denz. 4145: “Hi pastores ad pascendum dominicum gregem electi”.

[8] Denz. 4145: “Docet autem Sancta Synodus episcopali consecratione plenitudinem conferri sacramenti Ordinis, quae nimirum et liturgica Ecclesiae consuetudine et voce Sanctorum Patrum summum sacerdotium, sacri ministerii summa noncupatur. Episcopalis autem consecratio, cum munere sanctificandi, munera quoque confert docendi et regendi, quae tamen natura sua nonnisi in hierarchica comunione cum Collegii Capite et membris exerceri possunt”. 

[9] Denz. 4353.

[10] Denz. 4146: “ordinis episcopalis indolem et rationem collegialem significant”; “Eandem vero iam innuit ipse usus”.

[11] Denz. 4146: “Collegium autem seu corpus Episcoporum”.

[12] Ibidem: “Membrum Corporis episcopalis aliquis constituitur vi sacramentalis consecrationis et hierarchica comunione cum Collegii Capite atque membris”.

[13] Denz. 4146: “Collegium autem seu corpus Episcoporum auctoritatem non habet, nisi simul cum Pontifice Romano, successore Petri, ut capite eius intelligatur, huiusque integre manente potestate Primatus in omnes sive Pastores sive fideles. Romanus enim Pontifex habet in Ecclesiam, vi muneris sui, Vicarii scilicet Christi et totius Ecclesiae Pastoris, plenam, supremam et universalem potestatem, quam semper libere exercere valet”.

[14] Denz. 4146: “Ordo autem Episcoporum, qui collegio Apostolorum in magisterio et regimine pastorali succedit, immo in quo corpus apostolicum continuo perseverat, una cum Capite suo Romano Pontifice, et numquam sine hoc Capite subiectum quoque supremae ac plenae potestatis in universam Ecclesiam exsistit, quae quidem potestas nonnisi consentiente Romano Pontifice exerceri potest”.  

[15] Denz. 4146: “In ipso, Episcopi, primatum et principatum Capitis sui fideliter servantes, propria potestate in bonum fidelium suorum, immo totius Ecclesiae funguntur”.   

[16] Denz. 4353: “Collegium non intelligitur sensu stricte iuridico, scilicet de coetu aequalium, qui potestatem suam praesidi suo demandarent, sed de coetu stabili, cuius structura et auctoritas ex Revelatione deduci debent”.

[17] Denz. 4353; “ Ob eandem rationem, de Collegio Episcoporum passim etiam adhibentur vocabula Ordo vel Corpus”.

[18] Ibidem.

[19] Denz. 4354: “Aliquis fit membrum Collegii vi consecrationis episcopalis et comunione hierarchica cum Collegii Capite atque membris”.

[20] Denz. 4354: “Consulto adhibetur vocabulum munerum, non vero potestatum, quia haec ultima vox de potestate ad actum expedita intelligi posset. Ut vero talis expedita potestas habeatur, accedere debet canonica seu iuridica determinatio per auctoritatem hierarchicam”.

[21] Denz. 4355.

[22] Denz. 4356: “Collegium enim necessario et semper Caput suum cointelligit, quod in Collegio integrum servat suum munus Vicarii Christi et Pastoris Ecclesiae universalis. A. v. distinctio non est inter Romanum Pontificem et Episcopos collective sumptos, sed inter Romanum Pontificem seorsim et Romanum Pontificem simul cum episcopis”.   

[23] Denz. 4356: Quia vero Summus Pontifex est Caput Collegii, ipse solus quosdam actus facere potest, qui Episcopis nullo modo competunt, v. gr. Collegium convocare et dirigere, normas actionis approbare, etc.”.

[24] Denz. 4356: “secundum propriam discretionem procedit”; Denz. 4357 : “Summus Pontifex, utpote Pastor Supremus Ecclesiae, suam potestatem omni tempore ad placitum exercere potest”. 

[25] Denz. 4357: “A. v. non semper est “in actu pleno”, immo nonnisi per intervalla actu stricte collegiali agit et nonnisi consentiente Capite”.

[26] Denz. 4359: “Commissio autem censuit non intrandum esse in quaestiones de liceitate et validitate, quae relinquuntur disceptationi theologorum, in specie quod attinet ad potestatem quae de facto apud Orientales seiunctos exercetur, et de cuius explicatione variae exstant sententiae”.

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans Quelle valeur magistérielle pour Vatican II
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 14:22

Nous publions et nous répondons

 

fellay-excardinado.jpg

 

31 juillet 2014, S. Ignace de Loyola

 

 

Sincèrement, je vous prie de me le consentir, votre article du 31 mai me semble embarrassant, contradictoire et animé de préjugés personnalistes qui n’ont rien à voir avec la Foi Catholique. Lorsque, par exemple, c’était vous de l’IBP qui faisiez l’accord, est-ce qu’il ne s’agissait pas d’un "accord de pouvoir"? De quel accord s’agissait-t-il, on l’a vu clairement quelques années après... Sommes-nous devenus tous des fous?

Ensuite, si la reconnaissance de la FSSPX était unilatérale, ne comportant aucun accord, elle serait une chose positive parce qu’elle n’exposerait pas la Fraternité à un "putsch” comme celui que vous avez vécu et comme celui des FI (Franciscains de l’Immaculée ndlr).

Insinuer, sans la moindre preuve, parce que certainement ce n’est pas une preuve quelques citations éparse de Simoulin, mauvaise foi, double jeux, ambigüité de différents types, n’a que la saveur d’une amère prise de position, parce qu’on ne veut pas admettre d’avoir fait un mauvais choix en 2006. Telle est l’impression que malheureusement vous donnez à presque tous les catholiques traditionnels italiens.

Je répète : la reconnaissance unilatérale n’implique aucun accord, ni officiel, ni officieux. Si, juste pour faire un exemple, une communauté acatholique me permettait de prêcher à ses fidèles parce que, selon leurs chefs, ce que nous soutenons est de toute façon positif pour eux...devrais-je refuser de sauver par ma prédication de telles âmes ? Et si une pareille autorisation, raison de plus, m’était fourni par le Pape légitime, quoique doctrinalement hétérodoxe, pourquoi devrais-je refuser une pareille opportunité ?

Je vous prie donc d’être raisonnables et de ne pas vous faire aveugler, comme d’en beaucoup d’autres de vos prises de position, seulement par l’esprit de revanche et de frustration qui dérive de votre malheureuse expérience.

 

Je vous remercie si vous voulez répondre à ces brèves lignes, dictées seulement par l’estime envers des prêtres que je considère quand même courageux, même si un peu trop enclins aux médisances.

Marco BONGI

 

 

 

Nous remercions Marco Bongi (connu comme auteur de plusieurs articles à l’unisson avec certains chefs de la Fraternité Saint Pie X) pour nous avoir écrit et - en lui permettant de dire tout ce qu’il désire - nous répondons bien entendu à ses objections.


   1) Nous remarquons avant tout que l’irritation, dont sa lettre « donne l’impression » et qui

« dérive » peut-être des gênantes dénonciations de notre article (comme les ambigüités obstinées de Mgr Fellay, qui sont chaque jour de plus en plus évidentes), semble avoir empêché l’interlocuteur de lire l’article en question avec la sérénité “raisonnable” qu’il souhaite.


Il ne semble pas non plus que les articles ici présents, et qui traitent du même sujet, aient été lus avec attention (nous ne les répéterons pas tous, il suffit d’aller les relire), ni le clair article de l’abbé Simoulin («quelques citations éparses de Simoulin» ?).


Nous sommes «fous», «aveuglés » et ainsi de suite...Cependant la «médisance», il nous semble, est ce qui se fait dans le dos, en cachette (ou en privé si on veut). Il n’en est pas ainsi des positions prises publiquement et soutenues dans un article, sur lesquelles on peut se défendre à visage découvert et en débattre à la lumière du soleil.


Ce site a posé - depuis longtemps, de façon ample et toujours publiquement - des questions gênantes. Le fait de les attribuer à la «frustration» ou en générale à des facteurs « personnalistes » (ce qui est la méthode classique de tous les régimes, de celui communiste à celui fraternito-fellayesque), pour disqualifier personnellement les objectants au lieu de se confronter sur les objections – avec une bonne dose de démagogie –, est pour le coup “être enclin à la médisance”.


Nous savons bien que la ligne du “grand compromis” (entre la FSSPX et les “intégrés” dans le Système ) a eu, en ces années, une grande influence sur certaines rédactions et sur de nombreux «catholiques traditionnels italiens», assez influencés par la “lignée Mons. Bux - Abbé du Chalard”. Nous savons aussi - documentation à l’appui - par quels moyens certaines lignées éditoriales, très populaires dans ce milieu, “reçoivent des conseils” encore aujourd’hui. Cette revue cependant (à la rédaction de laquelle participent des clercs et des laïcs), tout en appréciant les qualités de ces deux ecclésiastiques, n’apprécie pas du tout la ligne du “grand compromis”. Pour cela, en étant libre de la préoccupation des “chiffres” (et remarquons entre autre que l’évaluation des chiffres se révèle bien plus complexe et variable que ce que soutient M. Bongi), nous préférons faire le rôle de la troisième voie qui dérange, c'est-à-dire la voix critique. Sans trop se soucier du bâillon qu’on voulait nous imposer, plus au moins au nom du Vatican, notamment sur deux articles : le premier qui regardait la Commission “Ecclesia Dei” et l’autre, comme par hasard...la Fraternité Saint Pie X ! Curieux n’est-ce pas ? Pour l'imaginaire collectif cela semble absurde...

 

   2) Nous n’avons aucune difficulté à reconnaître à Marco Bongi (et à ses référents) que notre article du 31 mai est «embarrassant». Il doit être bien «embarrassant» un article qui, avec d’autres (que nous prions d’aller relire avec un moindre esprit de faction), pose d’une façon ou d’une autre, des objections auxquelles personne n’a été capable de donner la «moindre» réponse. Questions que nous proposons de nouveau ici , n’ayant pas encore obtenu de réponse :

1 – Pourquoi la régularisation canonique, qu’on l’appelle comme on veut, selon les chefs de la FSSPX en 2006 était «impossible» (et même «inconcevable») et maintenant, comme votre écrit le confirme, ne l’est plus au moins de principe ? Et de plus, la justification n’est pas réaliste : des chefs acatholiques qui sans aucune contrepartie confient leur fidèles à l’apostolat catholique ! Allons ! Sans contrepartie?


2 - Pourquoi envoyer une demande écrite de retrait du décret d’excommunication constituait à l’époque une condition, et même une condition inacceptable (selon Mgr Fellay), et ensuite lorsque celle-ci est envoyée par ce dernier, on parle alors d’annulation unilatérale du décret, sans aucune condition ?


3 - Pourquoi au sujet de cette lettre, si étroitement connexe à la mesure “unilatérale”, il a été diffusé - et par les deux parties, ce qui est étrange - seulement un morceau, et non pas la lettre dans son intégralité ?


4 - Pourquoi de ces passages de la lettre, qui était préliminaire au retrait du décret d’excommunication, les deux parties ont diffusé deux versions textuellement différentes, les deux relatées entre guillemets?


5 - Pourquoi le premier fax de Menzingen rapporte la même version que Rome et non pas la version postérieurement diffusée par la presse fraternitesque ?


6 - Pourquoi Mgr Fellay a longuement essayé de minimiser et dissimuler la portée de la version du Préambule Doctrinal souscrite par lui et envoyée à Rome le 15 avril 2012, dans laquelle (il a beau dire « aucun accord » !) il exprime des positions doctrinales qui « s’éloignent de manière impressionnante » de celles qu’il professait lui et la FSSPX ?


7 - Pourquoi dans la lettre de juin 2012, à Sa Sainteté Benoit XVI, Mgr Fellay, en plus de confirmer qu’il donnait aussi sa disponibilité à mettre de coté les questions controversées, pourvu qu’on arrive à un accord (ce qu’auparavant il avait réprouvé), n’affirme pas du tout un rejet clair du préambule doctrinal ?


8 - Pourquoi, dans cette lettre réservée à Rome, il dit plutôt que les ultérieures requêtes du Vatican ne seraient pas passées en raison du contexte de l’époque, et non pas en raison de leur contenu ?


9 - Pourquoi en janvier 2014, en niant ses demandes de rencontres avec le Pape Bergoglio (pardon, avec «le Pape légitime», ainsi que notre contradicteur s’empresse de préciser), il n’a pas dit qu’ils avaient déjeuné ensemble un mois auparavant ?

 

D’accord, d’accord, nous sommes “fous”, “aveuglés”, “amers”, “frustrés”, “friands de médisances”... ( avez vous terminé la liste ?). Mais où sont-elles, cher Monsieur Marco Bongi, les réponses à ces gênantes questions critiques ?


   3) Vous nous écrivez: « Lorsque, par exemple, c’était vous de l’IBP qui faisiez l’accord, est-ce qu’il ne s’agissait pas d’un "accord de pouvoir"? ». Nous répondons bien entendu même à cette tentative de détournement des questions posées par l’article ( qui portaient sur d’autres sujets car nous avons déjà parlé de l’IBP dans d’autres articles ).


Que l’esprit de certains membres de l’IBP ait pu être effectivement celui que vous indiquez, cela est malheureusement plausible et nous l’avons déjà écrit, sans esquiver les questions gênantes lorsque elles étaient “chez nous”. Certains estimèrent qu’ils s’étaient retrouvés dans une sorte d’état de nécessité et cela même à cause des expulsions faciles, et des sanctions en générale, ordonnées comme si de rien n’était par Mgr Fellay ( il faudrait se demander d’ailleurs, ce qu’il faut penser d’un Supérieur Général qui - dans une situation comme aujourd’hui - sanctionne tout le monde...sauf lui-même). Cependant l’esprit d’autres gens qui adhérèrent au Bon Pasteur en 2006 n’était pas celui qui est décrit (même si, malheureusement, tous n’ont pas réellement persévéré sur la ligne des débuts, surtout lorsque le moment est venu de passer de la théorie à la pratique) : l’esprit de beaucoup - que nous revendiquons avec fierté - était d’être en même temps romain et combattant, de garder unis la résistance et l’esprit romain, de se protéger ensemble autant de toute tendance à l’hérésie que de l’esprit schismatique.


Nous ajoutons - avec un peu de réalisme, dont l’absence serait fort peu traditionnelle - qu’il faut aussi un peu tenir compte…du contexte. On sait que dans le milieu de la FSSPX la tendance à passer d’un extrême à l’autre n’est pas rare, mais si même Mgr Fellay justifie n’importe quelle contradiction au nom du contexte, il faut bien qu’on reconnaisse un certain poids (quoique secondaire par rapport à l’objet) à ce facteur ! En 2006, en effet nous étions dans l’attente de la mesure pontificale en faveur de la Messe traditionnelle, aujourd’hui nous sommes dans l’attente des “ouvertures” synodales aux “divorcés remariés”!


Nous soulignons surtout que le cœur de la question réside dans le point suivant, au sujet duquel le contradicteur se comporte avec un “circiterisme” marqué (comme avait fait à son tour, par exemple, le théologien Kasper) : il tourne autour des véritables objets de la dispute, sans y rentrer. Le point capital, pour voir si notre discours est « contradictoire » ou pas, est celui-ci : quel est le critère pour dire si l’accord canonique est faisable ou pas ? Certes, comme toutes les choses humaines, il faut tenir compte d’un ensemble d’éléments, mais le critère substantiel - au-delà du contexte - quel est-il ?


Le Directeur de ce site, à l’époque séminariste, la revue Disputationes Theologicae, et aujourd’hui même la nouvelle fondation religieuse ( dont l’autre prêtre fut puni par la FSSPX - en étant déjà diacre! - parce que «trop papiste»), avaient dit : “si l’on demande ou pas des choses en conscience inacceptables, ou du moins trop imprudentes”. Telle est notre position sur le critère pour déterminer si l’accord est faisable ou pas. Ce qu’on appelle de façon synthétique et conventionnelle “l’accord” n’est pas un absolu en soi, quelque chose à faire à tout prix, mais - par esprit catholique et non schismatique - il ne peut pas non plus être exclu par principe, en attendant nécessairement la “conversion de Rome”. L’accord peut ne pas être faisable dans l’immédiat - douloureusement - et cela est à voir dans le cas spécifique, mais en soi il est toujours souhaitable, même si à Rome - douloureusement - on n’est pas encore revenu à la Tradition. Notre conduite a-t-elle été « contradictoire » avec ce critère que nous avons toujours professé?


Selon la thèse officielle de la FSSPX de l’époque, qui n’a jamais admis une correction à ce propos en en donnant de justes explications, le critère pour déterminer si l’accord est faisable réside dans la “conversion de Rome”, dans le “retour de Rome à la Tradition” : et cela (comme il a été dit à plusieurs reprises et de façon péremptoire) doit être un préliminaire sine qua non à la question de la normalisation canonique. La conduite de la FSSPX après 2006 a-t-elle été cohérente avec ce critère professé par elle à l’époque, par son chef (qui est toujours le même d’ailleurs ) et par son Chapitre générale de 2006, qui a parlé solennellement à l’unanimité - et de façon péremptoire - de ce préliminaire sine qua non?


La réponse, les fidèles de Mgr Fellay peuvent la trouver dans ce que nous avons cité et qui a été écrit par un membre autorisé comme l’abbé Simoulin, lequel, pour essayer d’être galant homme (comme au fond il l’est), a été obligé de “rattraper”, en inventant une “Nouvelle Conversion” de Rome, compatible en théorie - comme par hasard - avec le profil bergolien (pardon, du «Pape légitime»).


Et voyons un dernier aspect : cette revue n’a-t-elle pas critiqué les maux même lorsqu’ils concernaient l’IBP ? Au point qu’il y a eu d’abord une intense bataille interne, et ensuite la scission du groupe des résistants de l’IBP, petite, mais identitaire. Cette rédaction a-t-elle critiqué seulement la FSSPX ( comme cela arrive souvent, surtout dans les décennies passées ) et n’aurait-elle pas vu - ou feint de ne pas voir - les maux lorsqu’ils étaient ailleurs? Mais avez-vous réellement lu ce que nous écrivons?

 

   4) En 2006 nous avons fait un « mauvais choix », dit Marco Bongi. Il nous semble que le « mauvais choix » a été fait par la suite. Cela réside dans le choix, cependant assez contrasté et combattu, de ne pas tenir bon justement sur le ligne de 2006, que Rome nous invitait à reconsidérer, choix fait par la majorité de l’Institut (au début une minorité, ensuite devenue passivement majorité grâce à l’opportunisme).


En tout cas, nous sommes prêts à mettre en discussion nos choix, mais nous serions reconnaissants à ce paladin de la FSSPX s’il nous indiquait quelques alternatives concrètes.


Lui ne l’ayant pas fait, donc en attendant nous le faisons nous-mêmes. Un exemple concret : le directeur de ce site en 2006, étant séminariste dans la FSSPX, fut transféré d’Ecône en l’Argentine parce qu’il manifestait un désaccord sur la ligne officielle de la FSSPX de l’époque et selon laquelle la régularisation canonique - nécessairement et par principe sans dérogation - aurait dû suivre la “conversion de Rome”. Ce fut la ligne qui triomphât officiellement au Chapitre de juillet 2006, soussignée à l’unanimité ; un pareil principe fût donc voté aussi par ceux qui en réalité n’ont jamais arrêté de travailler pour “l’accord pratique” (comme ils l’appellent) et...sans “conversion de Rome”. Cependant ce style - os bilingue detestor – ne nous plaît pas et il ne nous a jamais plu, quoique à un bon nombre de «catholiques traditionnels italiens», pour reprendre vos mots, il plaît ou du moins ne déplaît pas trop (pensons à ce qu’un prêtre de la FSSPX disait il y a quelques années : les communiqués de Mgr Fellay sont «à double sens de lecture »; ce prêtre est aujourd’hui encore dans la FSSPX).


Quel était le motif de ce déplacement dans la lointaine Amérique du Sud? Le fait que à Ecône n’étaient pas admises des voix critiques à l’intérieur de la FSSPX alors qu’en Argentine par contre elles l’étaient?


Allons: le motif logique c’était de mettre le bâillon aux voix critiques, même si elles étaient loin d’être malveillantes, le motif c’était de les faire taire. Qu’aurait-t-il dû faire ce séminariste qui en conscience n’était pas d’accord, cher Monsieur Bongi? Aurait-il dû faire comme certains qui ont accepté la punition et ensuite sont revenus avec une position toute autre, au point qu’on se demande aujourd’hui s’ils n’ont pas subi un lavage de cerveau après leur séjour en Sibérie ? Aurait-il dû accepter de se taire en public et montrer son désaccord seulement en privé ( praxis, celle-ci, de «médisance», ne pensez vous pas ? ), exactement comme dans l’“Eglise conciliaire” ? Ou alors, aurait-il dû s’annihiler dans le Système ( en étant ainsi moins gênant pour la FSSPX, qui voudrait l’exclusivité de la “question traditionnelle” et pour cela tolère des personnes singulières “du milieu”, mais non pas d’autres groupes organisés ) ? Ce séminariste ne n’est pas du tout repenti, en conscience, d’avoir répondu non à l’arbitraire de la FSSPX, ainsi comme il avait répondu non et, avec la grâce de Dieu, répondra encore non à l’arbitraire d’autres, et d’avoir parlé - c’est un fait – contre les maux sur les deux fronts en 2006, d’avoir parlé contre les maux sur les deux fronts en 2010, et de parler contre les maux sur les deux fronts en 2014.

 

   5) Notre «expérience» de l’IBP a-t-elle été si «malheureuse » ainsi que notre disputant l’affirme ? Il est clair en effet que des motifs de souffrance ont été présents et nous ne les avons pas cachés, en parlant ouvertement de nos joies et de nos douleurs. Avez-vous lu l’article du 15 septembre 2013 ? Cependant il faut dire que le groupe des pionniers de l’IBP, quoique réduit en nombre, obtint à l’époque quelques résultats, contresignés officiellement par Rome, qui étaient positifs et nouveaux : que l’on pense à la reconnaissance, à l’époque, du droit à l’usage exclusif du rite traditionnel. Et cette revue pense être restée fidèle, et pas depuis aujourd’hui, au propos originaire de la critique constructive (qui est bien différent du “parler seulement en positif” proposé par le “document Pozzo” à la place de la critique constructive). Le “putsch” dont parle Marco Bongi dans l’IBP a eu lieu, mais non pas sans une dure bataille : et cela est une différence avec le cas des FI (et avant de la Fraternité Saint Pierre). Différence que notre contradicteur se garde bien de remarquer. On continue de constituer un point de repère, avec cette revue et avec le nouveau regroupement de clercs. Il est difficile de liquider notre expérience comme «malheureuse», au point qu’il y ait des gens, au Vatican comme ailleurs (FSSPX incluse), qui la voient comme de la fumée dans les yeux, et qui seraient bien contents si ce point de repère n’existait pas.

 

   6) Une quelconque approbation romaine de la FSSPX, on nous dit, «serait surement une chose positive parce qu’elle n’exposerait pas la Fraternité à un "putsch" comme celui que vous avez subi et comme celui des FI (Franciscains de l’Immaculé ndlr)».


De fait, les contacts tenus - et maintenus - surtout à partir de l’Année Sainte 2000, et toujours continués (malgré le fait qu’on annonce périodiquement l’interruption et la rupture) ont déjà “exposé” la FSSPX (que l’on regarde, de temps en temps, même chez-soi...) à des ruptures réitérées et récurantes. Limitons-nous aux Evêques : il y a treize ans, la FSSPX avait quatre Evêques ( déclarés « très soudés » et indivisibles ), plus un, celui de la communauté de Campos, déclaré totalement uni et solidaire (tant dans la position doctrinale qu’au point de vue opératif) avec ses quatre confrères de la FSSPX. Aujourd’hui ( que Marco Bongi, qui aime les chiffres, fasse ses calculs) les Evêques “très soudés” et indivisibles sont passés de cinq à trois : moins quarante pour cent.


Le chef de la FSSPX s’est “exposé” à signer un texte affirmant des choses que, jusqu’aux années précédentes, personne n’aurait jamais pensé (par exemple, la légitimité de la promulgation du Novus Ordo Missae). Chef de la FSSPX qui à ce jour n’a pas encore estimé opportun d’appliquer pour lui la même dureté qu’il réserve aux autres à l’intérieur et à l’extérieur, en donnant sa démission.


Il faut choisir : si l’on soutient que même ne pas faire l’accord comporte des problèmes et des dangers graves (c’est la thèse ouvertement soutenue par nous, vieux “accordistes déclarés”), que l’on songe aux aspects qui se passent “derrière les coulisses” comme celui des tribunaux internes, alors on peut - en partie - comprendre la conduite de Mgr Fellay qui a “exposé” la FSSPX aux risques de l’accord. Si par contre les choses étaient comme on nous avait dit dans les méprisantes réponses à nos préoccupations, lorsque nous “les accordistes” nous étions des dangereux “papistes figés”, comment peut-on alors défendre une conduite si imprudente comme l’a été celle de Mgr Fellay?


Décidez-vous donc...Vous avez dit des choses de toute sorte sur ceux qui ont fait des choix différents des vôtres, sachez aussi faire votre autocritique ou du moins supportez les critiques qui vous sont aussi adressées.

 

La Rédaction de Disputationes Theologicae

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans Positions théologico-ecclésiales
commenter cet article
29 juin 2014 7 29 /06 /juin /2014 19:38
Face aux “vents épiscopalistes”: étude sur la collégialité et la doctrine catholique

29 juin 2014, fête des Saints Apôtres Pierre et Paul, Patrons de l’Eglise Romaine 

 

2013_07_26_17_20_30.jpg

La vraie réalité du synodalisme épiscopaliste

 

 

Introduction

Tu es Petrus et super hanc petram aedificabo Ecclesiam meam.

Aedificabo, sur cette pierre. Super hanc petram Ae-di-fi-ca-bo. Sur cette pierre et sur aucune autre. Pierre - avec ses successeurs jusqu’à la fin des temps - est le fondement, le rocher, la base, le récif sur lequel l’Eglise du Christ se construit. Enlevé le fondement, c’est l’édifice entier qui s’écroule.

En témoignage de ce que nous venons de dire il suffit de rappeler que les hérétiques de toutes espèces ont toujours eu en commun la haine du primat romain. Qui haït l’Eglise, haït le primat de Rome qui en est le fondement. C’est pour cela que tout discours sur le rôle et la structure hiérarchique de l’Eglise, sur la soumission hiérarchique des Evêques à Pierre, sur le gouvernement de l’Eglise ne peut jamais être une simple dissertation sur la meilleure forme de gouvernement pastorale à une époque donnée ou à une autre, mais nécessairement doit se fonder sur des prémisses doctrinales, révélées par le Christ une fois pour toute, parce que personne - même pas un Pape - peut changer le rôle du Pape dans l’Eglise. C’est le dogme de la divine constitution de l’Eglise.

Il n’est pas toujours aisé de démasquer les argumentations fallacieuses des adversaires du primat du Pontife Romain. De nos jours, le vent de l’épiscopalisme souffle avec force et il a ses (éphémères) jours de gloire; il n’arrive pas toujours aux cris ouverts du protestantisme et à son ouvert “non serviam” et n’arrive pas toujours au synodalisme déclaré des schismatiques orientaux. L’épiscopalisme, hier serpentant aujourd’hui éclatant, se cache - en bon moderniste - derrière des formules plus enchantantes pour le monde catholique : “collégialité”, “gouvernement collégial”, “subsidiarité”, “réforme du gouvernement mais pas de la doctrine”, “pastoralité” et ainsi suivent d’autres expressions trompeuses. C’est la technique consolidée de vider et de d'abâtardir certaines notions à la saveur catholique, ainsi que Saint Pie X l’avait déjà dénoncé. C’est le modernisme.

Pour faciliter la lecture, nous diviserons cette brève étude sur le pouvoir du Pape en chapitres, le premier - préliminaire à la compréhension de la problématique soulevée - est la distinction entre le pouvoir de juridiction et pouvoir d’ordre ; nous analyserons ensuite certains points du document conciliaire Lumen Gentium sur la “collégialité épiscopale”, en rappelant que sur ce sujet la bataille dans l’aula conciliaire fût des plus brûlantes avant d’arriver à un certain compromis par la Nota Praevia. Aujourd’hui celle-ci aussi est largement surpassée par les modernistes, mais demeure néanmoins la constatation qu’autrefois sur des questions aussi capitales – et publiquement contestées – l’Eglise définissait soigneusement, en passant de l’implicite à l’explicite; par contre l’absence des nécessaires précisions a permis dans les faits que certaines déviations doctrinales trouvent leurs aises.

 

Pouvoir d’ordre et pouvoir de juridiction. Une distinction capitale 

Un théologien dominicain de renom, le Père de la Soujeole, affirmait récemment dans son intervention orale « Le vocabulaire et les notions à Vatican II et dans le Magistère postérieur » du 16 mai 2009 au Congrès de Toulouse de la Revue Thomiste sur l'herméneutique de continuité entre Vatican II et Tradition, que le Concile Vatican II avait d’une certaine façon signé l’abandon de la distinction entre ordre et juridiction en ecclésiologie. De fait, à partir des années 70, la distinction - considérée jusque là comme indispensable par les écclésiologues - disparait, avec la technique invétérée de faire tomber les grandes vérités en “désuétude”. Sur ce sujet les textes conciliaires ne brillent certainement pas par leur clarté, c’est peut-être même l’un des sujets traité de la façon la plus ambigüe et confuse, avec des retours continuels sur ce thème. Cependant on n’arrive pas à un rejet explicite de la distinction, mais à une invitation implicite à ne plus s’en occuper dans les termes consacrés par l’Eglise pendant des siècles. Les définitions du pouvoir papal et épiscopal en payent les frais, d’où l’importance capitale de ramener l’attention sur cette irremplaçable distinction.

Un discours cohérent en effet sur le pouvoir dont jouit le Souverain Pontife sur l’Eglise ne peut faire abstraction de la distinction entre le pouvoir de juridiction et le pouvoir d’ordre. Pour Saint Thomas une telle distinction est capitale et “exclusive”[1]: c’est deux là sont les pouvoirs dans l’Eglise et il n’y en a pas d’autre ( «In Ecclesia non est aliqua spiritualis potestas nisi ordinis seu jurisdictionis»[2]).

L’Eglise n’est pas seulement guidée par l’intérieur, pour ainsi dire, par le Christ Chef qui influe par la grâce capitale, mais elle est aussi - souligne Saint Thomas - guidée de l’extérieur: après l’Ascension de Jésus au ciel il est nécessaire que des ministres visibles restent sur cette terre, constitués pour guider le troupeau et pouvoir lui administrer les sacrements.

 

Pouvoir d’ordre

Il y a donc un pouvoir donné par le Christ à certains hommes en relation aux sacrements et spécialement à l’Eucharistie, il est conféré à des ministres, qui « agissent in persona Christi en fonction de la consécration qu’ils ont reçu » ; le Père Bonino, dans un article qui recueille et analyse les textes du Docteur Commun sur les “deux pouvoirs” - article qui est d’ailleurs consacré à la place du Pape dans l’Eglise - définit ainsi le pouvoir d’ordre : «le pouvoir d’ordre ou pouvoir sacramentel, conféré de façon indélébile par la consécration de l’ordination, n’est rien d’autre que cette participation ontologique à la vertu sanctifiante du Seigneur qui s’exerce dans les sacrements et principalement dans l’Eucharistie»[3]. Un pouvoir donc que l’on reçoit en vertu d’une consécration et qui donne cette mystérieuse participation à l’œuvre sanctifiante du Christ, par exemple en donnant aux prêtres la capacité de consacrer le Corps du Christ. Cependant, la réception d’un tel pouvoir n’implique pas nécessairement que l’on possède, en vertu de ce dernier, un pouvoir sur le troupeau; il ne suffit pas d’être validement prêtre ou évêque pour avoir “automatiquement” un pouvoir sur l’Eglise. Ce dernier est un autre pouvoir, distinct du pouvoir d’ordre.

 

Pouvoir de juridiction

Notre Seigneur, avant de monter aux Cieux, voulut disposer la société fondée par lui de façon qu’il puisse continuer de gouverner l’Eglise au moyen de ses ministres et il confia le gouvernail du bateau à l’Apôtre Pierre. Le propre de la messe des Saints Souverains Pontifes rappelle qu’ils furent constitués sur les gens et les royaumes pour édifier, fonder, arracher, détruire et planter en fonction de la construction de l’édifice mystique : « ecce constitui te super gentes et super regna ut evellas et destruas et aedifices et plantes » (Jer. I, 9-10).

Notre Seigneur voulut que Ses Vicaires jouissent d’un pouvoir de gouvernement, de direction, de guide, de coercition sur toutes les brebis sans exception. Telle est la correcte exégèse de « pasce agnos meos, pasce oves meas » (Jn XXI, 15-17). Conduis aux pâturages les brebis, les agnelets et les agneaux plus âgés (le «probatia» grec, les jeunes brebis à élever), c’est à dire l’intégralité du troupeau, sans exclusion[4]. Tout l’ensemble est confié à Pierre. Et à lui, avec ses successeurs, le gouvernement du Corps mystique est confié “immediate”. “Immediate” c’est à dire sans médiation, Pierre a reçu “immédiatement” du Christ le pouvoir sur toute l’Eglise et “immédiatement” du Christ le reçoivent tous ses successeurs[5]. Il ne s’agit pas d’une délégation de l’Eglise, ce n’est pas un pouvoir conféré par le peuple - ni par l’ensemble des Evêques - au chef : Pierre est investi immédiatement par le Christ de la “intensive summa extensive universalis potestas” sur toute l’Eglise. Cette extraordinaire et unique pouvoir donné au Pape pour agir comme Vicaire du Christ sur l'Eglise universelle est un pouvoir de juridiction, un pouvoir de gouverner et d’ordonner dans la société les moyens en vue de la fin, en préservant la vérité révélée, en défendant des ennemis et de l’erreur l’Eglise et en la gouvernant selon sa divine constitution, laquelle est établie non pas par un Pape, mais par le Christ lui-même dont il est le Vicaire.

Ce pouvoir de juridiction - nous le soulignons en majuscules - est un pouvoir distinct du pouvoir d’ordre. Et cela à un tel point que, en soi, un Pape peut avoir le plein pouvoir juridictionnel sans jouir du pouvoir d’ordre. En soi un homme baptisé peut être Pape, en pouvant exercer déjà la souveraine juridiction connexe à la papauté, sans être même pas prêtre. Fusse-t-il encore un simple baptisé, déjà il pourrait donner des ordres aux Evêques, les promouvoir ou les déposer.

 

Pape et Evêques

Capitale est cette distinction pour saisir quelle est la potestas pontificia, quel est le pouvoir juridictionnel des Evêques diocésains ou plus largement des “prélats” - qui est un pouvoir médiat et restreint - et quel est enfin le pouvoir sacramentel de celui qui a reçu la consécration épiscopale valide.

Une fois cette distinction saisie on comprend que le Pontife Romain - validement élu et ayant validement accepté le munus - jouit d’un pouvoir sur l’Eglise qui ne souffre aucune restriction qui viendrait du fait d’être partagé avec les Evêques, mais il est même (selon la saine métaphysique de la participation) la cause, le principe, la source du pouvoir juridictionnel des Evêques diocésains[6]. Ce dernier par contre est (et sera toujours) un pouvoir restreint et médiat. “Restreint” parce qu’il ne sera jamais “suprême” comme celui du Pape et parce qu’il reçoit ses limites de ce dernier qui, tout en respectant la divine constitution de l’Eglise qui prévoit l’institution épiscopale[7], peut en restreindre l’ampleur parce qu’il en est la source et peut même en priver complètement un sujet déterminé, en le déposant. “Médiat” parce que le pouvoir de juridiction de l’évêque n’est pas reçu immédiatement du Christ en vertu de la consécration épiscopale, mais il est reçu de façon “médiate”. C’est à dire par l’intermédiaire du Pape, détenteur des Clés et de la “intensive summa et extensive universalis potestas ecclesistica, en vertu de laquelle peut être conférée à l’Evêque la juridiction épiscopale sur un troupeau déterminé, en passant - pour ainsi dire - par le Pape et non pas dans un “passage” direct entre l’Evêque et le Christ (comme le voudraient les gallicans d’hier et les collégialistes d’aujourd’hui). Par contre, ce que l’Evêque validement ordonné reçoit sans nécessaire médiation du Pape, c’est le pouvoir d’ordre, c’est à dire cette spéciale consécration qui le rend successeur des Apôtres quant au pouvoir en matière de sacrements, mais pas de gouvernement[8].

Si on renonce à distinguer pouvoir d’ordre et pouvoir de juridiction il ne reste rien d’autre qu’un vague, magmatique et impétueux pouvoir épiscopalo-apostolique, duquel seraient détenteurs (d’une façon qu’aucun théologien n’a su vraiment préciser) tous les Evêques de l’Eglise validement ordonnés en vertu de leur consécration. L’Evêque, par le seul fait d’être consacré, détiendrait un pouvoir sur l’Eglise entière, le détiendrait per se, le détiendrait sans médiation papale, donc presque “indépendamment” du Pontife Romain, qui n’en est plus la source, mais à la limite (dans certaines versions “modérées”) seulement la condition[9]. Les Evêques détiendraient du Christ même, en vertu de leur consécration, non seulement le pouvoir d’ordre, mais aussi un certain pouvoir de juridiction sur l’Eglise entière et ils seraient, dans leur ensemble, d’une certaine façon déjà aptes à l’exercer. C’est une version juridictionnelle de ce qui fleurit à l’époque du Conciliarisme : on reconnait à l’ensemble des Evêques un pouvoir de juridiction sur l’Eglise entière et cela même si en théorie on continue de laisser au Pape la détermination d’un troupeau particulier (à quel titre, dans pareille perspective, le Pape continuerait de détenir un semblable pouvoir, cela n’est pas toujours clair)[10]. En effet, dans cette thèse on parle d’un pouvoir juridictionnelle sur l’Eglise universelle en vertu de l’incorporation au “collège apostolique”, qui viendrait à se fonder en dernière analyse sur le pouvoir d’ordre validement conféré dans l’Eglise, et en faisant en partie abstraction du troupeau particulier confié. Il est évident que dans cette thèse le Pape tout en ne devenant pas toujours officiellement un simple “primus inter pares” à la mode des schismatiques orientaux, il n’est plus la source du pouvoir juridictionnel comme peut l’être l’unique source pour un fleuve, mais il serait seulement un torrent plus grand qui se joindrait à la “force juridictionnelle” déjà existante dans les Evêques, lesquels avec lui auraient titre à gouverner l’Eglise universelle. Et l’Evêque de Rome n’est plus l’Evêque des Evêques, l’Episcopus episcoporum détenteur des Clés de Pierre, mais un Evêque en plus à ajouter (en lui concédant peut-être un peu plus d’honneur) au nombre des Evêques total.

Ici réside le problème, dans une telle perspective les Evêques ne gouvernent pas seulement avec pouvoir ordinaire, quoique médiat et restreint, une portion du troupeau qui leur serait confiée par le Pape, mais ils gouvernent - et ils auraient radicalement titre à le faire - sur l’Eglise universelle, et cela principalement en vertu du pouvoir d’ordre. Cependant le dogmatique Concile Vatican Ier a défini solennellement que les Evêques paissent les troupeaux singuliers qui leur sont confiés - “assignatos sibi greges singuli singulos pascunt et regunt[11] - et aucun document de l’Ecriture, de la Tradition et du Magistère n’a jamais enseigné l’existence d’un pouvoir suprême de l’ensemble de l’épiscopat sur l’Eglise universelle. Il y a seulement, nous le répétons, un pouvoir médiat et restreint qui dérive du pouvoir papal, comme tout ruisseau dérive de l’unique source, le pouvoir papal, lequel - en étant suprême et immédiat - n’a pas besoin du concours du pouvoir juridictionnel épiscopal parce qu’il en est la source.

A suivre...

                                                                                                        

Don Stefano Carusi

 



[1] S.T. BONINO, La place du Pape dans l’Eglise selon Saint Thomas d’Aquin, in Revue Thomiste (1986) p. 393.

[2] SAINT THOMAS D’AQUIN, In IV Sent., d. 24, q. 3, a. 2, q. la 2, ob. 3.

[3] S. T. BONINO, cit., p. 395.

 

[4] T. ZAPELENA, De Ecclesia Christi, Roma 1955, t. I, p. 283, 284. Il est à remarquer le double usage dans le grec des verbes “boskein” et “poimanein”, dans les sens plus proprement de “pascere” (le premier) et de “regere” (le second).

[5] SAINT THOMAS D’AQUIN, In Jo, XXI, Lect. 3; S.T. BONINO, cit., p. 395.

[6] L. BILLOT, De Ecclesia Christi, Rome 1921, l. II, q.13, th. 26, n°828 et ss; q. 14, th. 28, n°864 et ss; S.T. BONINO, cit., p. 413, 419, l’auteur, en commentant S. Thomas, fait recours à la philosophie de la participation pour expliquer l’ “éminence” du pouvoir papale e le “pouvoir participé” des évêques.

[7] Denz., nn. 3112-3117.

 

[8] L. BILLOT, cit., l. II, q. 9, n. 499 e ss.; q. 15, n. 1074 e ss; B. GHERARDINI, La Chiesa mistero e servizio, Roma 1994, pp. 207-219.

[9] Au sujet de certaines thèses théologique sur la matière et sur leur compatibilité avec la doctrine catholique cf. L. BILLOT, cit., l. II, q. 15, n° 1071, 1072 ; T. ZAPELENA, cit., l. II, p. 105-108.

[10] Cf. note précédente.

[11] Denz. n. 3061.

 

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans A l'école théologique romaine
commenter cet article
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 08:45

im2

Le Pape François embrasse la main du prêtre “pro-homosexuels”.
“Accord doctrinal”? “Conversion de Rome”?

 

 

                                                                                                           31 mai 2014, Marie Reine

 

Disponibilité à l'accord, en le rebaptisant

 

Est parvenue à cette rédaction, de plusieurs sources, la notice d’un possible accord FSSPX-Rome pour la Pentecôte, du moins d’une tentative dans ce sens.

Au cours d’une discussion entre la Commission Ecclesia Dei et sa Sainteté le Pape François sur cet objet, les membres de la Commission auraient fait remarquer au Pape François qu’il n’y a pas plein accord sur la doctrine, et celui-ci aurait répondu que la chose n’est pas importante, même les néo-catéchuménaux ont leurs idées doctrinales, les lefebvristes ont d’autres idées doctrinales... Qu’on remarque bien : non pas que la “note théologique” des questions controversées soit de peu d’importance, mais c’est la doctrine elle-même qui n’est pas une chose importante. 

Est-elle vraie cette information? Evidemment, l’éventuelle présence d’une tentative qui va dans ce sens n’impliquerait pas automatiquement la réussite.

Mais il y a quelque chose. Nous en donnons ici certains éléments.

Déjà le mois passé, Mgr Fellay a redimensionné un jugements très lourd donné par lui sur le Pasteur Latino Américain (évidemment, toujours au nom du “contexte” dans lequel il s’était exprimé auparavant...); ce fait laissait prévoir qu’il y avait quelque chose dans l’air.

Dans des temps plus récents, Mgr Williamson a informé que Mgr Fellay aurait prospecté la possibilité d’une régularisation (mais, en jouant sur les mots, la régularisation aurait été appelée non pas “accord”, mais “reconnaissance unilatérale” ou “reconnaissance de garantie”); le Supérieur de la Fsspx a dit à ses séminaristes que ce serait une bonne chose, mais sans expliquer pourquoi dans le passé il disait tout autre chose (voir ici), invoquant seulement le refrain abusé et passe-partout du “contexte”  de ses affirmations passées.

En ces jours, vient de sortir la nouvelle que la direction de la Fsspx a déjeuné avec le Pape François : évidemment Mgr Fellay s’est empressé de minimiser la chose. Après tant de discours qui ont absolutisé et emphatisé que la Fraternité (et seulement la Fraternité) parlerait toujours publiquement, il n’a cependant pas estimé juste de donner lui même notice de cette rencontre conviviale, quoique brève et plus ou moins occasionnelle (évidement!).

De plus, dans un interview du 20 janvier dernier, paru sur le bulletin du district suisse de la Fsspx (avril-mai 2014), publié également sur le site officiel français La Porte Latine, à la question : « Y a-t-il eu une approche officielle de Rome pour reprendre contact avec vous depuis l’élection du pape François ? » Mgr Fellay a répondu de fait en dissimulant : « Il y a eu une approche ‘non officielle’ de Rome pour reprendre contact avec nous, mais rien de plus et je n’ai pas sollicité d’audience comme j’avais pu le faire après l’élection de Benoît XVI». Cependant Mgr Fellay ne dit pas que juste le mois précédant il avait rencontré le Pape François. Sa négation d’avoir sollicité l’audience il faut donc l’entendre, à la lumière de ce qui est sorti récemment, comme étant dite avec une restriction mentale. Il faut la lire ainsi : « la rencontre a eu lieu, mais elle n’a pas été officielle, je ne l’ai pas demandée ou en tout cas je ne l’ai pas sollicitée ».

Si une autre société ecclésiastique s’était exprimée ainsi, n’aurait elle pas été accusée d’utiliser un langage ambigu, un langage “conciliaire”?

 

Une intervention révélatrice

Il est ensuite sorti sur le Seignadou d’avril 2014 un article intéressant de M. l’Abbé Michel Simoulin,  entre autre chose, ancien Supérieur estimé de la Fsspx en Italie. L’article, qui s’insert dans la tendance citée plus haut mérite attention, à titre d’exemplification, vu l’autorité de son auteur et vu la circonstance selon laquelle, de façon notoire, l’auteur ne prendrait jamais une position contraire à l’animus des autorités de la Fsspx.

Dans cette article sont dites certaines choses auxquelles cette revue souscrit pleinement : «Qui dit ligne de crête dit danger des deux côtés. Celui d’une reconnaissance mal assurée en est un; le danger interne que nous venons de décrire en est un autre (il se réfère ici à la tendance Petite Eglise, ndr)». C’est ce que nous appelons “troisième voie”, “troisième position”.

Dans le texte sont dites aussi des choses que - historiquement et en soi - nous partageons de façon notoire : que l’on pense à la grave description des fortes tendances dans le sens Petite Eglise. Cette situation, maintenant décrite dans cet article, lorsqu’elle était dans les années passées l’objet de préoccupation (même de la part de personnes de l’intérieur ou de personnes amies), et lorsqu’elle était manifestée, attirait au minimum l’accusation de “faire des fixations”.

D’un autre côté dans l'article il y a aussi des choses que nous ne pouvons pas partager dans leur ensemble, comme l’absolutisation de l’appel à « faire front sous la sage et prudente direction des chefs que Dieu nous a donnés ». Il est vrai que, dans les circonstances présentes, il y a le problème très concret de la situation à gérer, de la “maison à faire tourner”; il est vrai que le diable en tentant sub specie boni travaille sans cesse à diviser; mais si une telle assertion, qui dans l’article n’est pas contrebalancé par aucune autre considération, était justement un absolu : comment justifier alors la résistance aux curés, aux évêques, aux papes, que “Dieu nous a donnés” ? Donner systématiquement à Mgr Fellay cette confiance aveugle, cette obéissance aveugle qu’on nie, à juste titre, aussi au Pape (surtout dans le nouveau cursus ecclésial), ne manifeste t-il pas justement cet esprit croissant de Petite Eglise que l’Abbé Simoulin dénonce et stigmatise, à juste titre ? Ces sages et prudents chefs, qui (quoique dans des circonstances difficiles) ont longtemps semé le vent, et aujourd’hui récoltent la tempête, sont-ils exemptés de donner des explications sur leurs contradictions ? Cet appel à l’unité, contredit par les sanctions obstinées de Mgr Fellay envers les dissidents de sa ligne du moment, peut-il exempter de tels chefs du fait de répondre aux objections soulevées, d’une façon ou d’une autre, par les accordistes claires et déclarées et par les anti-accordistes claires et déclarée? Y a-t-il seulement le raccourci systématique et autoritaire de punir celui qui pose des objections ou pourrait-on aussi répondre honnêtement - et ad rem - à ces mêmes objections? Un tel comportement n’est-il pas sectaire? Et ne resterait-il pas sectaire, même dans le cas d’un accord (de pouvoir) ?

Mais la principale affirmation de M. l’Abbé Simoulin avec laquelle nous ne sommes pas d’accord est la suivante, particulièrement intéressante parce que clairement explicative d’un concept qui n’est pas seulement propre à l’auteur de l’article mais qui est devenu à la mode.

 « Cesser de nous imposer d’accepter Vatican II sans discussion possible, et accorder cette liberté serait déjà une étape importante, car ce serait reconnaître implicitement que nos arguments ont de la valeur. Une autorité qui consentirait à cela serait déjà une autorité non hostile à la Tradition, voire désireuse de la rétablir dans l’Église, et ce serait déjà une vraie conversion de Rome ».

Discours qui rime avec le refrain de la “reconnaissance unilatérale”, “sans signer aucun accord”, “sans condition”, “comme cela fut pour la révocation du décret d’excommunication”... et qui - objectivement - est un mensonge. Cela sauve peut être son propre orgueil mais cela sacrifie certainement la réalité.

 

Le refrain de la “reconnaissance unilatérale” c’est à dire la voie de l’orgueil et du mensonge

L’évident embarras et les tentatives de rattrapage de ce membre autorisé et très obéissant de la Fsspx montrent bien comment de tels discours sur la “reconnaissance unilatérale”, sont, en parlant de façon objective et en sauvegardant les intentions subjectives, un mensonge. Comme ce fut objectivement un mensonge celui de la “révocation unilatérale du décret d’excommunication”. En effet, qui se souvient que Mgr Fellay avait dit que pour obtenir une telle révocation il aurait dû faire auparavant une demande écrite et que celle-ci était une “condition” et même une “condition inacceptable”, car en écrivant une lettre pour demander l’annulation du décret il aurait reconnu du même coup la validité du décret d’excommunication ? Est-ce qu’on s’en souvient ? Or cette lettre a bien été écrite et sans donner d’explication réelle sur son changement de position.

Pas seulement cela : la lettre dont il est question, qui était d’abord une “condition inacceptable” et qui par la suite ne constituait même plus une “condition”, tout en ayant été écrite, tout en étant donc un document public et important de par sa nature, n’a jamais été publiée intégralement. Encore pire, les deux parties ont diffusé, de l’unique passage qui a été publié, deux versions différentes, les deux citées entre guillemets.

Plus récemment, comme observé par Giacomo Devoto dans un article, dont le point de vue est diffèrent du nôtre, il est certain que Mgr Fellay a déjà signé quelque chose de doctrinal dans la direction voulue par le Vatican : parce qu’au Vatican ils ont encore le texte du préambule doctrinal, signé par lui il y a deux ans. Texte dans lequel le Prélat suisse affirme reconnaitre la légitimité de la promulgation du Novus Ordo Missae et souscrit le principe de réciprocité entre la Tradition et le Concile. Ce texte a été jugé ensuite par Mgr Fellay - lorsque l’accord n’est pas arrivé à bon port - moins opportun que ce qui lui avait paru, mais non pas un texte erroné dans son contenu. Et encore, dans la lettre qu’il a écrite au Saint Père Benoit XVI, suite à la demande vaticane de nouvelles concessions (autre document resté dans l’ombre et mis au jour seulement par des tiers), il a affirmé que ces nouvelles concessions, demandées par le Vatican à la Fsspx en mai-juin 2012, ne seraient pas passées à cause du contexte de l’époque ! Il est évident qu’on ne parle pas ici du contenu erroné et qu’il n’y a pas eu une rétractation claire (et faite chez les deux côtés) de ce texte. A un tel point que “les siens” ont pu comprendre - de façon un peu velléitaire et fidéiste - que le texte avait été retiré et en même temps les interlocuteurs au Vatican ont pu pareillement comprendre qu’il s’agit de la position du chef de la Fsspx, mais qu’elle ne pouvait pas être dite à haute voix à cause des problèmes internes du moment, à cause du “contexte”; il fallait savoir attendre.

Il y a d’ailleurs plusieurs façons de “faire des compromis”, parmi lesquelles souscrire publiquement un texte est seulement la façon la plus claire, à la lumière du soleil. Par exemple, lorsqu’Antonio Socci, une plume de formation non traditionnelle, mais honnête intellectuellement et courageuse, dans ces derniers mois, a écrit une série d’articles sur des étranges aspects de l’abdication de Benoit XVI - articles qui ont fait trembler plusieurs personnes au Vatican, plus que les discours un peu académiques qui pourraient rentrer en fin de compte dans un contexte de pluralisme - paradoxalement, du côté de la Fsspx bergoliènne se levèrent vite des voix normalisantes sur un sujet aussi explosif et capital.

Croyons-nous au primat de la vérité? Si nous y croyons, comment pouvons-nous soutenir (comme M. l’Abbé Simoulin le déclare explicitement et comme d’autres le soutiennent, mais avec une moindre clarté) que la liberté de discuter le Concile Vatican II s’identifie ipso facto avec le “retour à la Tradition”,  avec la “conversion de Rome”? Si les choses étaient ainsi il faudrait considérer convertis, par exemple, des gens que nous connaissons qui disent: “ tu es libre de ne pas accepter le Concile et moi je suis libre d’accepter le mariage homosexuel ”, “ tu as le droit de ne pas accepter la nouvelle messe et une femme qui veut avorter à le droit de le faire ”. C’est bien celle-ci une tendance croissante - post moderne, relativiste, libertaire et nihiliste - et notamment dans les nouvelles générations, catholiques compris.

Si nous croyons au primat de la vérité, nous devrions réagir au problème d’une tout autre manière par rapport à certains arrangements embarrassés pour dissimuler son propre changement. Il faudrait reconnaitre, en matière d’accord, qu’on s’est rendu compte qu’il y a des problèmes et des dangers tant à le faire (et cela est vrai) qu’à ne pas le faire. Il faudrait avoir l'honnêteté intellectuelle de dire que le critère principal de faire ou non un accord - et nous soulignons ce point capital - n’est pas la conversion de l’autorité, tout en le désirant évidement, mais le fait que celle-ci demande ou pas des choses en conscience inacceptables ou du moins imprudentes. Ainsi, on dirait les choses telles qu’elles sont, sans des raccourcis orgueilleux ou hypocrites. La conduite tenue jusqu’à aujourd’hui n’a pas été malheureusement celle-ci, la ligne funambulesque, tacticienne, ambiguë et autoritaire, longtemps suivi par Mgr Fellay (favorisée - il faut le dire - par certaines conduites du Vatican, qui en est donc co-responsable, surtout lorsque dans le passé il faisait monter les enchères quand Mgr Lefebvre demandait humblement l’accord) a exaspéré les esprits. Tout cela a créé un terrain défavorable à l’accord qui passe désormais comme un “truc pour magouilleurs” et a semé la division, a multiplié les ruptures.... A tel point que des personnes qui, il y a dix ou douze ans, étaient notoirement de sentiments accordistes, nous les retrouvons aujourd’hui, à plusieurs reprises, sur des positions anti-accordistes de manière exaspérée et obtue.

Si nous croyons au primat de la vérité, il nous faut reconnaitre que le danger dénoncé, celui d’une légitimation de la situation actuelle, d’une favorisation de la perspective pluraliste, danger que même Mgr Fellay avait avancé à partir de l’an 2000 (de façon un peu trop schématique, mais pas tout à fait à tort), en le présentant comme un danger inacceptable de l’accord, aujourd’hui subsisterait encore plus, même si on ne lui faisait pas signer (d’autres) textes.

Ou donc le chef de la Fsspx reconnait sérieusement s’être trompé ou, si le contexte était trop défavorable hier car l’Autorité ne revenait pas à la Tradition, et on aurait été complice du pluralisme relativiste, il s’ensuit alors qu’aujourd’hui il est encore plus défavorable. En suivant fidèlement ce que lui-même a dit, il ne peut pas se prêter à une telle chose; et ce n’est pas sérieux de se couvrir avec la feuille de figuier du discours, objectivement hypocrite, d’une Rome qui lui court après pour lui offrir une reconnaissance, sans aucun concours de sa part. Certes lorsqu’il va en pèlerinage à Rome il doit bien manger quelque part.... Pourquoi pas à Sainte Marthe ? On y mange bien, ce n’est pas cher, les serveurs sont sympathiques.... et tiens comme par hasard il y déjeunait aussi le complexe Pontife sud américain. Mais vous savez quoi ! Tant que j’y suis je lui passe mon bonjour en passant...

Si nous croyons au primat de la vérité, invitons chacun a assumer ses responsabilités avec honnêteté intellectuelle : il est vrai, cet accord de style bergolien, vers lequel - c’est un fait - on manifeste de la disponibilité, n’est pas un compromis: c’est une capitulation. On n’accepte pas le Concile Vatican II: on accepte le Concile Vatican III. Ce n’est pas un accord pratique, pas doctrinal : c’est un pragmatique et sans gêne accord de pouvoir, radicalement anti-doctrinal. Et cela au delà du fait qu’il arrive à terme ou pas, comme cela s’est déjà produit dans le passé. Pourvu qu’on sauve la façade, pourvu qu’on sauve son propre orgueil, on peut trahir la substance.

Si on n’a pas encore renoncé à réfléchir, comment tant de monde, dans ces milieux, peut-il ne pas s’en rendre compte?

 

La rédaction de Disputationes Theologicae

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans Positions théologico-ecclésiales
commenter cet article
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 16:15

Interview avec sa secrétaire qui pendant plusieurs décennies fut sa collaboratrice la plus proche

 

                                                                          Dimanche des Rameaux 2014


 padre-Cornelio-Fabro.jpg

 

Disputationes Theologicae remercie Soeur Rosa Goglia - auteur de: “Cornelio Fabro, profilo biografico” (Edivi, Segni 2010), livre particulièrement révélateur de la personnalité du grand philosophe et théologien stigmatin - pour sa disponibilité avec laquelle elle a accepté de répondre à nos questions.

Nous nous excusons, auprès de Soeur Rosa, pour le retard avec lequel sort sa contribution, retard dû aux charges liées à la nouvelle fondation ecclésiastique; nous sommes particulièrement heureux de la publier car elle met justement en valeur et en lumière l’union entre ce grand homme de Dieu et sa haute production métaphysique.

 

1 - C. Fabro est passé à l’histoire comme grand métaphysicien, peut être le plus grand du siècle passé. Comment vivait-il le fait d’être théologien?

Sœur Rosa : Fabro est un penseur radical, il n’est pas un homme de courant ou d’école, il se pose face aux thèmes décisifs pour l’existence et il prend position. Le poids de l'érudition n’aplatit jamais sa recherche inquiète et son religieux “soin de l’âme”. Il n’était pas un homme immergé dans l'académisme abstrait : la Commission pour le concours à la chaire de l’Université de Bari le définit «digne de beaucoup de considérations pour ses talents théorétiques», mais Elle ne manqua pas d’apercevoir ses accents «polémiques» et «tendancieux», évidemment sur le central “problème de Dieu”. Cornelio Fabro, philosophe, est un tout avec le théologien et l’homme de Dieu, pour lequel le problème essentiel de Dieu est le problème essentiel de l’homme.

Dans chacun de ses écrits on lit l’exigence indispensable de restituer à la raison sa dimension métaphysique capable d'atteindre le transcendant.

 

2 - Un aspect peu connu de cet éminent intellectuel est en effet sa passion pour la création....

Dans ses mémoires il nous parle de son enfance avec les animaux domestiques, des eaux de sources de la région de Fluminiano (Udine), son village natal, et on sent intuitivement quel rôle l’observation de la création a eu dès son enfance, qui fut très éprouvée par de sérieuses maladies qui causèrent une immobilité physique.
Il suit pendant trois ans le cours de science naturelle à l’Université de Padoue, où il s’occupe de biologie, d'embryologie, de génétique, de physiologie comparée, de la nature de la vie et notamment des rapports étroits entre biologie et philosophie. Pour observer la biologie marine il appuya la réalisation d’un laboratoire à Rome avec de l’eau de mer, nous rappelons aussi le sujet de sa thèse en zoologie : “Modifications histologiques dans l’utérus du requin” et ses innombrables visites à la station zoologique de Naples mais aussi au zoo de Rome.

 

3 - Peut être ces éléments aussi ont humainement aidé son approche réaliste?

Il reste frappé par ces modus scientifique qu’il retrouve dans les milieux de la recherche  et par le mode d’affronter les problèmes qui «t’oblige à tenir compte du réel». Cette expérience va l'accompagner quand il abandonne le milieu scientifique pour se dédier à la philosophie. De là vient son “réalisme de la res”, qui est un tout avec son réalisme gnoséologique. C. Fabro se confronte toujours avec cette «réalité qui te prend et t’oblige à tenir compte d’elle, sans nébulosités pseudo théorétiques et sans divagations formelles sémantiques».

 

De là son aversion pour l’idéologisme et pour les systèmes trop rationalistes, qui sont pour lui «une forme d'immanentisme». Son engagement était et est de « redonner aux intelligences le goût de la vérité et consolider dans les âmes le fondement de la liberté »; C. Fabro utilise son intelligence de philosophe très raffinée comme un bistouri pour individuer et examiner les fibres les plus internes, profondes et subtiles du connaitre et de l’être. En répondant à l'exigence théorétique de sondage de la fondation métaphysique de la cogitative, comme forme inférieure de rationalité et forme supérieure de sensibilité, C. Fabro cueille thomistiquement cet anneau de conjonction qui se situe entre l’intellect et la sensibilité, et qui explique et légitime le réalisme gnoséologique. A ces piliers il ancre son invitation à «l’immersion dans la réalité», à «l’élasticité conceptuelle», à la «conversio ad praesentiam». Naturellement ce sera la lecture de ses écrits qui nous ancrera à ces bases solides.

 

4 - Les dernières décennies de sa production philosophico-théologique ont été marquées, dans la culture catholique aussi, par l’idéologie de “l’ouverture au monde”; comme l’a reconnu le Pape Paul VI avec des accents auto-critiques, cette ouverture est devenue une invasion de l‘Eglise de la part de la pensée mondaine....

L’attitude de compromis du monde catholique le blessait et lui causait une grande douleur; quelques temps plus tard, il s’était même rendu compte que son infarctus de mars 1974 était lié à l’attitude du monde catholique, trop disponible aux compromis sur les thématiques du divorce et de l’avortement. Il voyait l’Italie qui s’éloignait des principes chrétiens et il voyait que cela se produisait par des lois signées par des gouvernements démocrates chrétiens.

 

Plus en général, sa sincérité le conduisit toujours à être « contre les mouvements tièdes de compromis entre transcendance chrétienne et immanence moderne », ainsi qu’il abhorrait toujours les groupes de pouvoir qui par utilité cachent la vérité dans la volonté et qui “unifient” ce qui n’est absolument pas assimilable.

 

5 - Différents hommes d’Eglise, certains très influents et même de formation moderne, ont dénoncé une gravissime dérive doctrinale dans le monde catholique d’aujourd’hui. Que pensait Fabro d’un tel phénomène?

C. Fabro écrit à propos des erreurs philosophiques modernes et de la nécessité que le clergé les connaisse pour s’en défendre: «les débandades dans la doctrine et dans la morale catholique qui ont suivi le Concile, qui sont peut être parmi les plus aberrantes et graves dans l’histoire des hérésies, qui ont emporté aussi des grands pans de la hiérarchie, qui n’a pas suivi souvent les directives du Vicaire du Christ, dépendaient et dépendent de ceci». «Ceci» c’est à dire l’ignorance de la vraie nature de la «pensée moderne» et l’ «anthropologie radicale», lesquelles minent les fondements de la transcendance et de la métaphysique, et qui entraînent avec elles les «débandades doctrinales» citées ci-dessus.

 

Citons Miccoli: «le réalisme métaphysique de Fabro s’est imposé contre le déferlement de l’idéalisme, du marxisme, de l’intuitionnisme bergsonien, de l'existentialisme, du pragmatisme et du nihilisme, comme s’impose une barrière et une palissade théorétique qui se dresse à la frontière des questions décisives concernant Dieu, Homme, Monde, avec un langage intransigeant, intolérant, sèchement exégétique plutôt que oecuméniquement herméneutique....». Il continue en parlant de Fabro comme étant «attentif et zélé à protéger l’espace sacré du divin dans la lignée de la tradition contre les profanateurs du Temple et contre les hérauts des nouvelles propositions théorétiques et pratiques, qui lui apparaissaient insidieuses pour la vie de l’Eglise parce que équivoques, hérétiques, et renversant la Fides Ecclesiae».

 

6 - Comment fut prise sa sincérité?

C. Fabro est contre tout pragmatisme doctrinal car il n’est rien d’autre que «haine pour l’intelligence» ; son «implacable et immédiate sincérité» ne peut l’amener qu’à «cet amour âpre et passionné pour la vérité qui ne tient pas compte de ce que diront et feront les autres», ainsi que l’écrira l’illustre jury de Bassano en 1989.

 

En raison de sa sincérité il a dû souffrir. Que l’on pense au livre sur K.Rahner : il lui avait été demandé par des collègues qui l’encouragèrent, mais ensuite il ne fut pas soutenu comme il le fallait quand apparurent les difficultés, l’ostracisme, les lettres indignées. Mais lui défia ses contradicteurs à venir faire un débat publique à l’Université romaine de la Grégorienne. Evidement, tout resta lettre morte car personne ne voulait se confronter écrit Mario Composta, tous connaissaient le bien fondé de ses positions et la force de ses argumentations. Plus triste encore fut le fait de constater que les attaques ne vinrent que du monde catholique, le monde philosophique laïc ne s'immisça même pas dans ce débat et les flèches les plus empoisonnées vinrent des proches, mais lui continua de condamner  fermement le “tournant anthropologique” du théologien allemand.

 

7 - Et comment voyait-il son propre combat philosophico-théologique, en dernière analyse sa bataille pour la vérité?

Il attribuait à Dieu sa force. Je cite son testament spirituel : « si je n’ai jamais reculé devant la vérité cela a été le fruit de Son (de Dieu) assistance miséricordieuse, de la protection de la Madone, des Anges et de mes saints patrons, des âmes que j’ai pu diriger et de celles que j’ai assistées au seuil de la mort pendant le passage vers la patrie céleste ». Il y a l’aide de Dieu et il y a la confiance dans le Seigneur et il y a à côté l’usage responsable de la liberté ordonnée par la vérité, véritable « participation à l’oeuvre créatrice de Dieu ». Dans les plis les plus intimes de l’esprit, nous sommes appelés par le Créateur à participer à l’oeuvre rédemptrice qui se fonde sur la toute puissance divine, qui nous donne une liberté jaillissante et se renouvelant toujours. Toute liberté est une nouvelle création dans le devenir de notre être et donc dans le tissus social dans lequel nous sommes, nous participons à l’oeuvre créatrice de Dieu. De là notre responsabilité. Dans le monde de l’esprit et dans le monde social il y a ces rejetons de véritable liberté - qui sont comme les pousses que nous voyons en ce printemps - qui peuvent rester inconnus, non visibles, pas appréciés par les yeux des hommes mais ils sont une force et ils sont précieux aux yeux de Dieu et au bien de l’humanité.

 

                                                                                             Don Stefano Carusi

 

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans A l'école théologique romaine
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 17:45

Et auquel nous sommes restés fidèles.

 

2 avril 2014, San François de Paule


Talleyrand_David.jpg

        De Talleyrand, le prince des opportunistes

 

Les premiers jours de juin 2012, juste avant le fameux Chapitre Général, le Supérieur de l’IBP de l’époque donna l’indication, dans une conférence enregistrée, de se plier aux demandes contenues dans le texte de Mgr. Pozzo (pour lire le document, ici). Les séminaristes d’alors, à l’unanimité (sauf un absent depuis plusieurs mois et un autre qui est parti peu après pour la FSSP) réagirent en signant le texte ci-dessous reproduit.

 

Séminariste Łukasz Zaruski

Séminariste Bartłomiej K. Krzych

 

 

 

Séminaire Saint Vincent de Paul

18, place Alexandre Rillié                                                   

28290 COURTALAIN

 

7 juin 2012

 

Objet: «Exclusivité» de la Messe Traditionnelle et «critique sérieuse et constructive» du Concile Vatican II.

 

- - -

Conformément au canon 631 §3 du Code de Droit Canon ;

Conformément au document préparatoire au Chapitre Général (II, in fine);

Comme l'a rappelé le Conseil Général dans la « Lettre à tous les confrères clercs incardinés dans l'IBP » en date 20 janvier 2012;

Comme l'a également rappelé Monsieur le Secrétaire Général dans son message du 13 janvier 2012.

- - -

 

Nous, les Séminaristes soussignés,

nous nous adressons au Chapitre Général de l'Institut du Bon Pasteur en utilisant le droit de manifester officiellement et librement notre position en ce qui concerne les deux points majeurs relatifs au compte-rendu de la Visite Apostolique de l'année 2011/2012, à savoir :


a . « La question de la pratique de la forme extraordinaire, telle qu'elle est formulée dans les Statuts, est à préciser dans l'esprit de Summorum Pontificum. Il conviendrait simplement de définir cette forme comme le « rite propre » de l'Institut, sans parler d'«exclusivité» ».

 

b . «Plus que sur une critique, même « sérieuse et constructive », du Concile Vatican Il, les efforts des formateurs devront porter sur la transmission de l'intégralité du patrimoine de l'Église, en insistant sur l'herméneutique du renouvellement dans la continuité et en prenant pour support l'intégrité de la doctrine catholique exposée par le Catéchisme de l'Église catholique.»

 

1 . Quant au point «a», nous demandons formellement que le numéro 2 du ch. II des Statuts ne soit en aucune manière réformé:

«La fin particulière de l'INSTITUT est l'exercice complet du sacerdoce, dans la hiérarchie et la Tradition catholiques (...) Il suppose une fidélité envers le Magistère infaillible de l'Eglise et l'usage exclusif de la liturgie grégorienne dans la digne célébration des Saints Mystères (...) »

Ainsi seront maintenus non seulement l'esprit, mais aussi la lettre des Statuts parce que la lettre sans l'esprit tue, mais l'esprit sans la lettre serait par trop précaire et nous exposerait donc au bi-ritualisme.


2 . Quant au point « b » nous demandons formellement que, dans l'Institut, soit maintenue et même développée encore plus cette « critique sérieuse et constructive » du Concile Vatican II.


Ces deux points — l'un exprimé ipsis litteris dans les Statuts et l'autre contenu dans l'engagement signé par les fondateurs de l'Institut en 2006, et tenu par ses membres depuis sa fondation comme un vrai devoir - constituent vraiment la spécificité de l'Institut du Bon Pasteur, et sans eux il perdrait son unité, sa force et, nous semble-t-il, sa raison-même d'exister, sans parler des répercussions qui sensuivraient quant aux vocations. En effet, ces deux aspects, qui semblent être remis, assez explicitement, en question en ce moment, correspondent aux motifs principaux qui nous ont tous portés à choisir cette Société de Vie Apostolique plutôt qu'une autre. Certains parmi nous ont dû affronter des difficultés remarquables pour pouvoir être formés à l’I.B.P. notamment le changement de langue, l'éloignement du pays d'origine et d'autres difficultés d'ordre économique ou familial.

 

Enfin, ces deux points concernent non seulement le bien privé de chaque membre de l'Institut ou le bien commun de ce même Institut, mais le bien commun de toute l'Eglise.

 

C'est à cela que nous nous sommes engagés comme membres de l'Institut (définitif ou temporaire), c'est à cela que nous voulons demeurer engagés ; changer l'expression « usage exclusif de la liturgie grégorienne » et amoindrir la critique de Vatican II serait trahir notre confiance : nous nous retrouverions tous dans un Institut qui n'est plus celui que nous avions choisi au départ.

Nous voulons que ce document soit lu publiquement pendant le Chapitre Général et enregistré officiellement dans ses actes.

 

Soyez assurés, messieurs les abbés, de nos prières pour le bon déroulement de ce chapitre général,

 

[Signatures:]

 

Carter Yvain, diacre                             Parra Thomas, III année        

Lenzi Giorgio, diacre                             Rocha Francis, III année           

Pinheiro Daniel, diacre                          Zaruski Łukasz, III année       

Coelho Renato, sous-diacre                  Zucchi José, III année  

Pasquotto Luiz, sous-diacre                 Bonifacio Thiago, II année                       

Lutz-Wiest Grégory, IV année             Hormazabal Adolfo, II année  

Markiewicz Mateusz, IV année            Krzych Bartłomiej, II année                     

Gubitoso Pedro, III année                    Touche Guillaume, II année

Chudzik Ivan, I année                            Desmet Samuel, I année

Mattke Marcos, I année                         Quinquis Maxime, I année

Świętek Michał, I année                         Da Silva Anderson, I année


 

Pour voir le document original avec les signatures, cliquer ici.

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans Positions théologico-ecclésiales
commenter cet article
22 mars 2014 6 22 /03 /mars /2014 17:30

Interview du Supérieur

 

19 mars 2014, St Joseph Protecteur de l'Eglise Universelle

 

1-photo.JPG

 

1 - Quels sont les développements un mois après le manifeste de la fondation du 22 février 2014 ?

Abbé Stefano Carusi: Ce mois s’est envolé! Pris par les travaux pour l’installation pratique de l’édifice qui nous accueille (et il en reste d’autres qui nous occuperont pour un bon mois), la répartition des responsabilités, les cours de Théologie pour nos séminaristes et même des cours d’italien et de chant grégorien, l’Office en commun qui ponctue notre journée... Tout cela dans le recueillement de la campagne de Camerino, devant un beau paysage de montagne qui favorise la contemplation, la vie de prière et la paix.

Différents sites ont parlé de notre manifeste: Cattolici Tradizionalisti Marche, MessainLatino et Chiesa e post-Concilioen Italie, Tradinews, Riposte Catholique et Le Forum Catholique en France, Unacum en Pologne.

En Amérique Latine et aux Etats Unis, la nouvelle a paru dans les commentaires de différents sites catholiques.

Nous avons été également contactés par des prêtres, des séminaristes et des fidèles, de positions variées, parfois pour approfondir la nouvelle, parfois pour exprimer un encouragement et parfois pour nous soutenir.


2 - Avez-vous des nouvelles de la situation interne du Bon Pasteur?

Abbé Carusi: Malheureusement oui.

Quelques ex-confrères de l’IBP, qui n’ont pas voulu faire le choix de s’en remettre à la Providence, n’ont pas eu honte de faire quelques commentaires en privé, que nous connaissons mot pour mot, et dont l’aspect le plus triste est la mentalité d’ “ennemis de la Croix du Christ”.

Evidement, dans ce genre de situation, pour sauver en même temps “la gamelle” et son propre orgueil, on sacrifie la vérité; et on anoblit sa propre conduite par le vieil argument de l’utilité: «en restant à l’intérieur, nous pourrons plus efficacement changer les choses».

La réalité n’a pas attendu pour démentir cet argument qui est - objectivement - un mensonge : quelques jours après la publication de notre manifeste, nous avons appris que le Secrétaire de la Commission Ecclesia Dei, Mgr Pozzo, se rendra à Courtalain pour les Ordinations. Cependant, avant, il réalisera une inspection canonique au Séminaire de l’Institut le 3 et 4 avril prochains, pendant laquelle il tiendra deux conférences : comme par hasard, une sur le Concile Vatican II et l’autre sur l’insertion du charisme de l’IBP dans l’Eglise.

Mais quoi? De telles questions n’avaient-elles pas été déjà résolues? Il ne s’est donc rien passé, il y a 8 ans, en septembre 2006? Faut-il repartir à zéro avec l’ “intégration” dans l’Eglise? Mais ça dure combien de temps la mise sous Commissaire?

Pas étonnant donc que les nerfs soient très tendus au Séminaire...

Vraiment la voie du servilisme est un abîme sans fond, si des professeurs et des séminaristes ( même ceux qui avaient signé un texte officiel contre le “Document Pozzo” le 7 juin 2012 et quelques uns qui injuriaient en privé en dépassant largement les limites ), acceptent même ce qui va suivre : chaque séminariste pourra seulement «proposer deux questions sur chacun des thèmes ( questions intelligentes, sensées, compréhensibles, et même pourquoi pas intéressantes ), afin qu’elles soient collectées, synthétisées, analysées, triées, et enfin réunies et envoyées par mes soins à son[de Mgr Pozzo ndr] secrétariat en temps opportun».

Pas de questions libres donc. On peut mettre sur la feuille deux questions sur le Concile et deux sur l’insertion de l’IBP. Bref, un traitement de petits singes apprivoisés ( ce qui rappelle et parfois dépasse les méthodes utilisées par les régimes communistes soviétiques à l’égard des communautés orthodoxes asservies ).

Ce n’est pas nous qui le disons, c’est écrit noir sur blanc dans un document, que nous possédons en original, et qui a été mis dans le casier de chaque séminariste et prêtre du Séminaire. Le voici:

1 visite Pozzo Courtalain

Et savez vous qui est le rédacteur de pareilles requêtes et l’organisateur de cela? Un des anciens opposants de l’Abbé Laguérie ( nous voulons espérer qu’à l’époque il n’agissait pas pour des motifs humains, mais pour une divergence sur la ligne à suivre pour l’IBP ). Mais maintenant il est devenu Supérieur du District Sud Américain de l’Institut, en substance le poste déjà offert aux deux prêtres, membres du dernier chapitre de l’IBP, qui sont aujourd’hui à la Communauté Saint Grégoire le Grand. Evidement nous n’avions pas accepté. Non pas parce que l’Amérique du Sud ne nous plaisait pas, mais parce que le contexte était clair et donc très claire la contrepartie d’une pareille offre.

Quant à nous, nous préférons offrir la contribution d’une “question intelligente, sensée, compréhensible, et même pourquoi pas intéressante” à Mgr Pozzo: «Excellence, les questions demandées pourraient même être - en soi - intéressantes, mais ne pensez- vous pas qu’il vaudrait mieux que l’interrogatoire soit fait au Cardinal Kasper, qui dans la perspective du Concile Vatican Trois, vient de tenir un discours scandaleux, idéal pour l’auto-démolition de l’Eglise?».

Qu’en dites vous? Cette petite question constructivement critique, posée publiquement par notre Communauté, passera-t-elle les filtres dont il est question ci-dessus?

 

3 - Que pensez vous des déclarations de Mgr Rifan, lors d’une Messe Pontificale, sur sa rencontre avec le Pape François : «le Pape pense que la Messe Traditionnelle en Latin est un trésor pour l’Eglise et son unique peur est celle que la Sainte Messe dans la Forme Extraordinaire puisse être instrumentalisée». Mgr Rifan a répondu à sa Sainteté qu’il est en train de tout faire pour assurer que cela n’arrive pas et pour promouvoir la Forme Extraordinaire?

Abbé Carusi: Je pense qu’il s’agit d’un exemple, non rare malheureusement, d’une forme extraordinaire de servilisme et le fait que l’auteur soit ce même jeune prêtre, qui en 1988 n’avait pas posé “d’objections de conscience” en transcrivant à Ecône une phrase à la teneur sédévacantiste de Mgr de Castro-Mayer (déjà très âgé à l’époque, dans sa phase “extrême” et en tout cas sans jamais dépasser l’hypothèse personnelle), montre bien ce qu’est le “complexe du rallié”.

Mgr Rifan aurait pu saisir l’occasion de cette rencontre avec le Pape François pour Lui dire, dans la franchise et la “co-responsabilité” ecclésiales, tant louées par le Pape Latino-Américain : «Sainteté, les instrumentalisations n’allez pas les chercher loin.... Ne Vous êtes Vous pas rendu compte que, en Vous utilisant, certains se sont félicités - textuellement - : “Martini Papa” (ndr : “un nouveau Cardinal Martini a été élu Pape”)».

En faisant ainsi, Mgr Rifan aurait suivi l’exemple de Saint Paul, s’opposant publiquement à Saint Pierre dans la ville d’Antioche et aurait suivi l’explication probata donnée par Saint Thomas d’Aquin. Il aurait suivi l’exemple de la lettre de Mgr de Castro Mayer, dans les années 70, au Pape Paul VI. Il aurait suivi la franchise notoire du Cardinal Siri envers ce même Pape. Il aurait suivi même le récent exemple donné par un Cardinal ( créé par Jean-Paul II ) qui a courageusement mis en garde sa Sainteté du risque d’une facile instrumentalisation de certains de ses propos, ambigus et imprudents, qui ont des effets explosifs.

Par contre, Mgr Rifan a été... à gauche... de tous ses confrères dans l’épiscopat ! Il a choisi de se limiter à un discours “en positif” (certes très important) et de mettre en valeur l’appréciation théorique de cette liturgie appelée un «trésor pour l’Eglise» - on pouvait s’y attendre, vu les récents documents officiels - : bien, pourvu qu’on n’entende pas qu’elle est un “trésor”, de la même manière que les messes rock sont un “trésor”.

Il nous revient à l’esprit l’ex-opposant au gouvernement de l’Abbé Laguérie, dont on parlait plus haut, lequel, il y a juste quelques jours, affirmait sa volonté de rester dans la ligne des statuts fondateurs de l’IBP et en donnait les points phares. Bien, peut être nos critiques n’ont pas été vaines...Nous devons cependant noter la nature abstraite d’une telle assertion, car en confirmant les spécificités auxquelles il promet à nouveau fidélité, il oublie un des deux piliers: justement la critique constructive!

Ces deux histoires ont un dénominateur commun : sans nier la complexité des problèmes inhérents au milieu dit traditionaliste, la principale “instrumentalisation” est celle ci : le renoncement à parler contre la situation actuelle en échange de concessions liturgiques et d’éblouissantes cérémonies.


                                                                                                                           Nicolas Fulvi

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans Positions théologico-ecclésiales
commenter cet article
22 février 2014 6 22 /02 /février /2014 15:25

 

Samedi 22 février 2014, Chaire de Saint Pierre

 

Photo-articolo-san-Gregorio.jpg

Les fondateurs de l’Association de Clercs "Saint Grégoire le Grand"

 

1) La réponse de la Signature et deux autres signes analogues

 

A ceux qui en ces mois nous ont demandé des nouvelles de la situation de l’IBP sur la bataille identitaire des résistants de l’IBP, sur des éventuelles nouveautés, nous avons souvent répondu de suivre cette revue, dans laquelle on pouvait trouver un certain nombre de réponses. Nous avions écrit que lorsque nous aurions eu des données certaines et complètes nous en aurions parlé publiquement ici. Nous le rappelons parce que, même pour la compréhension des développements récents, il est important de ne pas perdre de vue ce qui a été déjà exposé et éventuellement de le relire. 

Cela ayant été dit, nous avons maintenant des développements ultérieurs à communiquer.

En effet nous pouvons estimer que le Tribunal de la Signature a désormais répondu.

A celui-ci avaient été présentés quatre recours, de la part de trois prêtres de l’Institut, comprenant des objections de motifs différents. Deux de ceux-ci n’ont pas encore eu de réponse. Cependant la comparaison des délais d’échéance - en considérant d’ailleurs que nous avons attendu, ad cautelam, même un plus long délai - nous fait estimer raisonnablement que la procédure est désormais complète.

Voyons donc les deux recours qui ont reçu une certaine réponse.

- Un premiers recours - contenant surtout la demande de connaître certains documents inhérents à la controverse - a eu une réponse négative (Protocole 48 339 / 13 CA PICTAVIEN. Electionis, Rev. dus St Carusi - Pontificia Commissio Ecclesia Dei  du 17 septembre 2013).

Il s’agissait d’ailleurs d’une réponse contenant quelques éléments intéressants et assez inquiétants quant à l’intégrité des Statuts: Des réponses de la Signature, déjà quelques confirmations.

- L’autre recours, centré sur l’altération du corps électoral, ad usum Delphini, qui a procédé à la nouvelle élection (tellement effrontée que même au Burkina-Faso ils auraient réagi), a été initialement admis par le Tribunal (voir l'article en question: Des réponses de la Signature, déjà quelques confirmations). Ceci est déjà d’une certaine importance, en raison des motifs exposés dans l’article ci-dessus et dans celui du 6 décembre 2013 (Les raisons d’une bataille).  

Ensuite, par lettre datée 30 novembre et parvenue au recourant le 11 décembre 2013, il a été répondu que son recours était «peremptum» (ndr : délai du recours dépassé, archivé), en donnant des motifs - qu’on note bien - d’assistance économique et d’échéance des termes. En effet, le recourant, ne percevant pas depuis plusieurs mois le salaire fixe versé mensuellement par son Institut (comme il a été prouvé à la Signature, en envoyant la documentation des salaires non payés), a fait la demande d’un avocat d’office, selon les modalités prévues par le règlement du Tribunal. Possibilité refusée. Ce refus de donner un avocat d’office a été communiqué après l’échéance des trente jours, en disant en même temps que désormais le recours était périmé même si on payait (de la sorte qu’on ne pouvait même plus organiser une collecte de fonds). D’un côté ça fait un peu rire, vu la fameuse “Eglise des Pauvres”, et de l’autre, évidement, cela veut dire qu’ils n’avaient pas de raisons plus décentes pour refuser le recours, qui avait été reconnu possible de principe.

A cela, ce sont ajoutés deux autres signes qui vont dans la même direction:

- En effet, il a été communiqué aux prêtres de l’Institut, par lettre circulaire du 11 novembre 2013, que le Cardinal Jean-Pierre Ricard aurait été notre “Cardinal Conseil” (?). Ce dernier a récemment confirmé (cf: Franc-maçonnerie Magazine, n. 26, septembre/octobre 2013, p. 22) aller à des réunions de la Franc-maçonnerie, en répondant à ses prêtres qu’il s’agirait d’une «périphérie existentielle» (et nous qui pensions qu’il s’agissait du “Maître du monde”...). Serait-ce une certaine "mise sous tutelle" de l’IBP, comme issue et prolongement de la mise sous commissaire (Cf. Lettre de l’Ecclesia Dei qui annonce la nomination de Dom Forgeot à Commissaire)?

- En soi, la présence d’une sorte de visiteur permanent ne constituerait pas pour nous un problème. Mais le temps de notre résistance interne a manifesté que la position majoritaire au sein de l’Institut est malheuresement comme celle du “Marais” à l’époque révolutionnaire, que nous pouvons résumer par ces mots : «je ne suis pas d’accord:

a)  avec l’ensemble des requêtes du secrétaire de la Commission Pontificale Ecclesia Dei (ndr: quoique susceptible en soit de quelques discussions internes, ainsi que la Commission avait répondu à nos critiques)

b)  et avec l’éloge qu’en a fait l’Abbé Laguérie selon lequel cette requête majeure serait même une «bonne Providence» (cf: mail collectif aux prêtres du Bon Pasteur, 29 mars 2012, 10h52:  “Documents officiels”)

c)  ni avec sa disponibilité (un jour sur deux) au changement statutaire (cf: Monde&Vie du 20 octobre 2012: Interview avec l’Abbé Laguérie)

 ...mais moi, je ne suis pas disposé à me compromettre».

 

Et si la majorité n’est pas disposée à se battre pour défendre ses propres spécificités - qui seraient démolies par ce projet -, comment peut-on penser que la nomination d’un “Cardinal Conseil” (avec en plus l’installation forcée par l’extérieur d’un Supérieur Général) ne signifierait - elle pas un dangereux conditionnement de la juste liberté?

On peut malheureusement oublier des vérités désagréables (pour un certain temps), mais si le facteur principal de notre conduite c’est la volonté mondaine d’avoir à tout prix des assurances humaines, pour rester à proximité des “marmites de viande” (Ex. XVI,1), pourquoi aurions-nous fait le choix de l’IBP? Pour quelles raisons? Parce que le rite ancien nous plait? Serait-ce une question de goût, comme à l’un peut plaire le vin et à l’autre le champagne?


2) Notre réponse

 

Nous avons présenté les recours, autant pour utiliser toutes les cartouches mises à notre disposition, en voulant faire cette bataille jusqu’au bout, que pour nous en remettre, par rapport à l’avenir, aux signes que la Providence nous aurait donnés par l’issue de ces recours.

Ces signes, une fois obtenus, nous les avons acceptés.

Nous sommes reconnaissants à la Providence tout d’abord, parce que - à la différence des mises sous commissaire de la Fraternité Saint Pierre et des Franciscains de l'Immaculée - cette fois-ci, il y a bien eu une partie de la Société qui a dit “non” aux abus d’autorité; reconnaissants aussi pour la clarté de la réponse (en effet ce que nous espérions n’était pas une réponse ou l’autre, mais une réponse claire, qu’elle soit pour le «oui» ou pour le «non»).

Ayant vérifié les éventuelles possibilités, ayant posément réfléchi et ayant choisi un par un, et après être restés chacun à sa place, nous avons donc pris acte que l’heure de partir était venue. Mais partir sans se désagréger et se dissoudre ailleurs (comme sont en train de faire d’autres, qui n’ont d’ailleurs pas voulu faire la bataille de l’intérieur jusqu’au bout), mais en restant unis, sur la même ligne.

Nous sommes donc partis dans l’évidence sereine qu’il ne s’agit pas de questions d’ordre personnel, mais du choix de la ligne directrice: nous nous refusons de prendre la voie des prisonniers du “complexe du rallié” et de l’imprudente velléité d’être à tout prix “intégrés” (de même que nous refusons la prison mentale que constitue la spirale idéologique et extrémiste, dont Monseigneur Lefebvre mettait en garde en 1979). Aux apparentes suretés mondaines, nous préférons garder la juste liberté pour la bonne bataille.

Prêts à tout, et persuadés que c’est justement la présence d’une réaction, qui souvent freine les mauvaises tendances, nous avons constitué un nouveau sujet, fidèlement identitaire et flexible sur les modalités organisatrices: l’Association de Clercs "Saint Grégoire le Grand".

Ainsi, en restant unis et en proposant une référence, nous entendons donner notre contribution au bien commun, représentée par un tel témoignage (tantôt «en positif», tantôt «en négatif») en faveur de la Tradition catholique. Dans le cadre de cette démarche nous demandons donc à ceux qui partagent notre idéal de nous soutenir. A l’occasion nous communiquons nos coordonnées bancaires: Associazione chierici San Gregorio Magno, (IBAN) IT 87 H053 0868 8300 0000 0002 003; (BIC) BLOPIT22.

 

Dans l’attente confiante de l’heure de Dieu («si moram fecerit, expecta Eum, quia veniet et non tardabit», qu’on chante dans la neuvaine de Noël) nous entendons donc nous concentrer sur cinq activités majeures, qui seront notre contribution:

a) la formation de nos séminaristes dans la fidélité au Docteur Commun de l’Eglise;

b) la revue “Disputationes Theologicae”, qui est désormais suivie dans plusieurs pays (spécialement l’Italie et la France), par des personnes qui en apprécient la franchise ecclésiale. Ils voulaient la bâillonner, vous vous souvenez? La réponse a été: “non possumus” (Disputationes ne se laisse pas bâillonner).

Aujourd’hui, dans l’actuelle situation, cette voix libre doit continuer. C’est un instrument précieux pour faire cette ample critique constructive, dans laquelle nous avons identifié la spécificité du charisme originaire de l’IBP.

Justement ce point nous semble être névralgique, également quant à la fameuse question de l’exclusive. Quel sens cela aurait-il  (après avoir approuvé les statuts de l’IBP il y a peu d’années) de faire scandaleusement des pressions pour que les mots “rite propre”  substituent de façon forcée, dans les actes officiels ou du moins dans l’usage courant, les mots de “rite exclusif” (pour ceux qui ont librement choisi l’Institut)? Quel sens aurait-il sinon le fait que cette deuxième expression a une saveur de critique - tout en laissant le jugement catégorique à l’Eglise - de la réforme liturgique dont est issu le rite moderne? 

Comme il a été dit dans l’article: “Le rite propre et l’herméneutique de continuité sont-ils suffisants?”: nous ne nous sentons pas d’accepter pleinement le “document Pozzo (ou de simuler son acceptation). Nous sommes volontiers disposés à en accepter certaines suggestions, comme l’invitation à approfondir notre identité et notre cœur pastoral, mais nous ne sommes pas disposés - dans les présentes circonstances - à nous défaire de ce qui a été dit à la fondation par le Cardinal Castrillon Hoyos: une saine critique, la critique constructive, peut être un grand service à rendre à l’Eglise.

c) La vie de prière en communauté, spécialement pour le triomphe de la Foi, pour l’Eglise et pour les âmes, lesquelles se trouvant dans une grande épreuve ont besoin particulièrement de prières insistantes.

d) La Sainte Messe Traditionnelle en communauté (évidemment ouverte à tous ceux qui désirent venir), en pensant à ce que nous chantons dans l’Adoro te devote: «cuius una stilla salvum facere totum mundum quit ab omni scelere», et donc avec une grande confiance dans les fruits du Saint Sacrifice de l’Autel. Nous aurons d’ailleurs la possibilité de recevoir un grand nombre d’intentions de Messe, dont les offrandes peuvent représenter une aide précieuse pour cette œuvre.

e) Le fait de nous mettre à disposition pour les saintes confessions dans le cadre diocésain, ce qui dès à présent ne devrait représenter de difficulté pour personne. En esprit de charité ecclésiale et dans la conviction qu’une large présence au confessionnal, compte tenu entre autre de la diminution du nombre de prêtres, peut représenter une aide précieuse: comme allégement pour les confrères occupés dans les paroisses et comme une opportunité supplémentaire pour les âmes. Nous avons offert de bon cœur cette disponibilité, en recevant oralement des réponses positives; lorsque nous serons appelés, nous irons. 

 

A la Vierge du Rosaire de Fatima, conservatrice du «dogme de la Foi», à Saint Grégoire le Grand, à Saint Athanase, aux Saints Anges Gardiens, à l’âme bien-aimée de Monseigneur Piolanti, nous confions ces propos pour que nous puissions de cette façon coopérer fidèlement, selon la vocation reçue, à la restauration de la Foi.

 

Don Stefano Carusi

Abbé Louis-Numa Julien

Sém. Łukasz Zaruski

Sém. Bartłomiej K. Krzych

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans Positions théologico-ecclésiales
commenter cet article
21 décembre 2013 6 21 /12 /décembre /2013 08:59

swiety_jozafat_2.jpg

Saint Josaphat, témoin de l’unique vraie foi (Catholique, Apostolique et Romaine)
massacré par les schismatiques


 

21 décembre, Saint Thomas Apôtre et Martyr

 

     Dans la confusion doctrinale générale d’aujourd’hui, s’infiltre, dans l’imaginaire collectif, malheureusement aussi (ou malheureusement surtout…) catholique, l’idée que la mort violente soit suffisante - avec une référence au Christ laquelle, en ces temps de “christianisme anonyme” rahnérien, est plus que jamais vague - pour être inscrits dans le registre des martyrs. Nous ne sommes pas en train de parler uniquement de l’équivoque sur laquelle navigue la rhétorique des politicards qui, en utilisant des sentiments et des émotions mal guidés, emploie, abuse et confond la notion de martyr chrétien avec le simple fait d’avoir été tué dans les contextes les plus divers, mais nous sommes en train de parler de la désintégration de la notion de martyr chrétien pour des objectifs œcuméniques.

    Si nous y réfléchissons, ce qui est contredit au niveau dogmatique, c’est la valeur surnaturelle de la vertu de foi et l’unicité de son objet. En même temps, au niveau apologétique, la possibilité de reconnaître le vrai martyre du Christ, que la stabilité d’âme, la prière pour ses persécuteurs, le désintéressement et la magnanimité, mais surtout la force et le courage infus dans la profession de la vrai foi, extraordinairement unis à mansuétude et miséricorde, distinguent de celui qui est naturellement courageux (ou même uniquement obstiné), est méconnue. En effet il ne suffit pas de mourir avec le titre de disciple du Christ, pour nous exprimer avec Saint Ambroise de fait «même les hérétiques semblent avoir le Christ avec eux; parce qu’aucun d’entre eux ne renie le nom du Christ, mais celui qui renie le Christ, c’est celui qui ne professe pas tout ce qui est du Christ»[1].

 

L’enseignement de l’Aquinate

     Dans la nouvelle perspective œcuméniste un vague exercice de la vertu naturelle de force, une certaine capacité de résistance face au bourreau, unie au nom chrétien, suffirait pour qu’on devienne des “martyrs” et cela malgré le très grave désordre de l’adhésion à l’hérésie ou au schisme, qui ne mérite formellement certainement pas le Ciel, mais plutôt, en soi, le feu éternel. L’harmonie de l’ensemble des vertus surnaturelles disparaît, mais surtout disparaît l’objet qui justifie l’acceptation de la mort, la vraie foi. Ce qui est en contraste avec l’enseignement du plus grand théologien de l’Église: «supporter que la mort soit infligée n’est pas chose louable en soi, mais en tant qu’ordonnée à un bien déterminé, lequel consiste dans l’acte de la vertu comme dans le cas de la foi et de l’amour de Dieu»[2]. Ce n’est donc pas le fait de subir la mort qui mérite, mais le fait d’ordonner cela au bien surnaturel suprême. L’Aquinate admet que l’on puisse parfois parler à juste titre de martyre même quand d’autres vertus sont à exercer extérieurement, mais toujours dans la mesure où elles sont une manifestation de l’unique vrai foi, comme dans le cas du Baptiste qui devait reprocher publiquement l’adultère d’Erode. La perspective reste toutefois toujours rigoureusement objective et l’acte en question doit toujours être exercé surnaturellement en défendant la foi de l’Église[3], à l’intérieur de Laquelle uniquement on peut mériter.

     Si au contraire ce qui mérite la couronne de martyr ce n’est plus la défense de l’unique foi surnaturelle, mais le courage naturel ou d’autres aspects d’ordre naturel, si le discours se déplace vers la perspective anthropocentrique, quand elle n’est pas ouvertement panthéiste, il devient ainsi possible de parler de “martyre œcuménique”.

     «Extra Ecclesiam nulla salus» répond l’Église, Laquelle, en précisant le sens de ce dogme, si Elle nous dit qu’il ne peut pas y avoir de salut, Elle affirme a fortiori qu’il ne peut pas y avoir de véritable martyre, car le martyre constitue dans un certain sens le “salut héroïque” c’est-à-dire le «quasi maximae charitatis signum», comme dit Saint Thomas[4]. Altérer la notion de martyr, en l’attribuant par exemple aussi aux protestants tués,  n’est pas sans importance: on touche à ce qu’il y a de plus élevé dans l’exercice de la charité, on dénature son caractère surnaturel, de même que la foi, le mérite et le salut dans l’Église. Mais laissons aux Pères le rôle de nous en expliquer le pourquoi.

 

La pensée des Pères de l’Église attestée par Saint Augustin et par Saint Jean Chrysostome

     L’Église a toujours eu à cœur la clarté de ce concept sur les Saints Martyrs, sur lesquels des erreurs avaient surgi dès les premiers siècles (erreurs et hérésies, en effet, tendent à renaître toujours nouvelles et toujours semblables comme les mauvaises herbes). L’office de l’Octave des Saints consacrait trois Leçons, pour conclure les huit jours de célébration de nos protecteurs célestes, pour mettre en garde contre l’erreur “latitudinariste” ou relativiste.

      Le troisième Nocturne du 8 novembre proposait à tous les prêtres la lecture de l’homélie de Saint Augustin sur le grand mérite des persécutions. Le Saint Évêque d’Hippone, après avoir rappelé les conditions déjà en elles-mêmes extraordinaires pour être un martyr catholique, rappelle qu’il n’y a pas de fruit pour celui qui meurt sans exulter : n’est pas un martyr, par exemple, celui qui maudit son persécuteur et le destin qu’il lui arrive de subir, une allusion ample à la réaction surnaturelle devant la mort. Surtout, l’hérétique n’est jamais martyr, car même si beaucoup «ont perdu leur âme pour le nom chrétien», même si beaucoup «ont subi les mêmes choses» que nos martyrs, ils sont toutefois exclus de la couronne éternelle: «sed ideo excluduntur ab ista mercede»[5]. Le motif est fondamental et Saint Augustin l’explique avec l’Évangile: il est vrai que Notre Seigneur a dit «bienheureux ceux qui subissent les persécutions», mais il a aussi ajouté «à cause de la justice». Et là où il n’y a pas la vraie foi, il ne peut pas y avoir cette justice, «ubi autem sana fides non est non potest esse iustitia», car «le juste vit par la foi» dit le Saint Père de l’Église en reprenant Saint Paul (Eb 10, 38). Il n’y a aucune vitalité surnaturelle, aucune “justice théologale” sans la vraie foi. Et que les schismatiques n’osent jamais s’attribuer la grandeur du martyre, continue le grand Africain, car elle ne leur a pas été promise, car ils n’ont pas la charité: «s’ils l’avaient, ils ne déchireraient pas le Corps du Christ qu’est l’Église». De quel amour de Dieu salutaire pourront-ils jamais se glorifier? Et «là où il n’y a pas la charité, il ne pourra jamais y avoir la justice»[6], nécessaire selon les paroles du Christ afin que la persécution puisse être féconde.

     Le Chrysostome est d’ailleurs lapidaire: «pas même le sang du martyr peut laver de ce pêché (du schisme)» et s’il veut “se laver” de cette faute qu’il rentre au bercail qu’il a abandonné; l’Évêque de Constantinople continue en posant la question: «dis-moi donc, pour quel cause est-on martyr?» Pour quelle raison meure-t-on, «n’est-ce pas pour la gloire du Christ?»[7]. Et ne meurt pas pour la gloire du Christ celui qui est tué en dehors de Son unique Église, l’écoulement de son sang n’a aucune valeur, s’il n’est pas dans la vraie foi. N’est pas membre du Corps unique du Christ, comme l’a déjà indiqué Saint Augustin, celui qui, par l’hérésie ou par le schisme déchire la chair du Christ et même s’il devait subir des souffrances et la mort, le sien n’est pas un sacrifice objectivement agréable à Dieu. Il pourra l’être aux hommes et aux partisans de la secte, mais il ne l’est pas à Dieu, car objectivement il meurt pour l’erreur et non pas pour la Vérité. Il ne peut être “martyr” qui veut dire  “témoin”, témoin de toute la vérité du Christ: «ils rendent un témoignage à la vérité, non pas à une vérité quelconque, mais à la vérité qui est selon la piété», dit Saint Thomas, c’est-à-dite la vérité catholique.  «Et donc la cause de n’importe quel martyre est la vérité de la foi»[8].

     Saint Augustin dira sèchement ailleurs: «martyrem Dei non facit poena sed causa»[9] et après cette sentence lapidaire, il ne se soustrait pas à une explication patiente. Ce n’est certes pas le type de supplice qui anoblit une mort, mais c’est la cause, l’objet de la résistance au bourreau. Saint Augustin l’affirme à propos des discussions stériles et fallacieuses sur les atrocités donatistes ou les répressions des catholiques: «chassons les réprimandes inutiles que les deux parties ont l’habitude de se lancer réciproquement par ignorance : toi, ne me reproche pas les morts de Macaire tout comme moi je ne te reproche pas la cruauté des Circoncellions. Si ce fait ne retombe pas sur toi, pas même l’autre ne retombe sur moi…»[10]. Allons donc au nœud du problème, dit l’Évêque, «traitons la chose en soi» («re agamus, ratione agamus»)[11] et la vérité est encore que «martyrem non facit poena sed causa».

     Nous ne le répéterons jamais trop - spécialement dans nos temps de subjectivisme et de relativisme conséquent -, Saint Augustin fait toujours appel à l’objectivité, à la chose en soi et non pas aux contingences. La pensée relativiste des Donatistes d’hier - ou des œcuménistes libéraux d’aujourd’hui - veut constamment détourner l’attention de l’objet, parce qu’elle sait qu’elle est perdante sur un tel terrain, les Pères au contraire nous la rappellent. C’est ce que fait la pensée moderniste de nos temps, à la lumière de la nouvelle religion de l’homme pour laquelle la violence produirait presque automatiquement le martyre. Saint Augustin au contraire - et il le fait justement en parlant du vrai ou du faux martyre, en suivant les paroles de Saint Luc - nous rappelle que la violence peut être aussi un devoir et qu’il peut être juste de l’exercer. Le martyre, c’est autre chose.

     Si c’est en effet la peine qui fait le martyr, les voleurs et les assassins condamnés à mort pourraient se vanter d’un tel titre, fait remarquer le grand Père de l’Église: «nam si poena facit martyrem et latro quando occiditur martyr est»[12].

     À celui qui ne comprend pas encore, Saint Augustin demande rethoriquement: voulez-vous vraiment savoir pourquoi dans le martyre, ce qui compte c’est la cause et non pas la peine? Eh bien, mettez alors devant vos yeux la scène du Calvaire et pensez aux trois croix et à ceux qui y étaient suspendus. La peine était la même pour tous, mais «ce qui séparait ceux qu’au contraire la peine unissait, c’était la cause». L’un des trois était le Juste et il ne méritait pas la Croix, les deux autres au contraire méritaient à juste titre la potence. Tous les deux. Juste était leur condamnation à mort, mais l’un des deux demanda pardon et, comblé de foi et de charité surnaturelles et avec l’espérance théologale de celui qui est suspendu à la droite de Jésus Christ, ira au Ciel, bien que sa crucifixion était juste : «pour nous c’est justice, nous soufrons la peine que nos crimes ont mérité» (Lc 23, 40). L’autre au contraire, lui aussi condamné justement à mort pour ses méfaits, ne prendra pas part à la vie éternelle parce qu’il a refusé le Christ. Crucifixion pour tous les trois, injuste pour le Christ, juste pour le Bon Larron qui ne va pas au Ciel pour la peine soufferte, mais pour la disposition de son cœur. Crucifixion pour l’autre larron qui, ainsi que l’Écriture nous le laisse entendre, brûlera en enfer[13]. Voilà à qui Saint Augustin associe les “martyrs œcuméniques”: au mauvais larron, qui n’est certainement pas un exemple de salut.

     Ou mieux, pour le Père de l’Église, le parallèle avec le larron qui meurt en blasphémant souligne non seulement que celui qui est tué violemment dans la secte, donc hors du Corps du Christ, n’a aucun titre de mérite, mais il suggère aussi l’idée de la circonstance aggravante qui est constituée par l’obstination et l’opiniâtreté non surnaturelles, en ce qui aurait pu être une occasion de repentir, comme ce le fut pour le Bon Larron.

   Saint Augustin a raison d’être si rude, parce que l’hérétique ou le schismatique formellement pris, est le pire ennemi du Christ, même pire que le larron, endurci dans une longue vie de vols et d’homicides. Étant un corrupteur de la Vérité révélée et déchirant la chair du Christ, le seul « sang du martyre » ne peut pas « le laver d’un tel péché », pour reporter l’écho du Chrysostome.

    Voilà l’enseignement de deux Saints Pères sur le “martyre œcuménique”, dont non seulement il est pastoralement inopportun et scandaleux de parler à propos des personnes singulières, car nous n’en connaissons pas «la pleine advertance et le délibéré consentement» et car Dieu seul connaît les dispositions de leur ultime instant de vie (de internis non iudicat Ecclesia, Laquelle doit donc se limiter à ce qui est public et formel), mais il est aussi spéculativement hétérodoxe, car il en arrive à nier l’extra Ecclesiam nulla salus . Saint Augustin n’aurait pas dit que vouloir imposer à l’Église la lecture d’un martyrologe œcuménique est simplement vouloir fêter les blasphèmes du “mauvais larron”, uniquement parce que le supplice de la croix fut commun?     

 

La Rédaction

 




[1] Ambr., Luc. VI, 101 (CSEL 32/4).

[2] « Tolerare mortem non est laudabilis secundum se, sed solum secundum quod ordinatur ad aliquod bonum, quod consistit in actu virtutis, puta ad fidem et ad dilectionem Dei», S.Th., IIa IIae, q. 124, a.3, c.

[3] S.Th., IIa IIae, q. 124, a. 5, c.

[4] S. Th., IIa IIae, q.124, a. 3, c.

[5] Aug., serm.dom. I, 5 (CCL 35).

[6] Ibidem.

[7] Io.Chr., hom. in Eph. XI, 4.

[8] S. Th., IIa IIae, q.124, a. 5, c.

[9] Aug., serm. CCLXXXV, c. 2. Pour les lieux parallèles cf. la note 13.

[10] Aug., epist. XXIII, 6-7 (CSEL 34/1).

[11] Ibidem.

[12] Aug, serm. CCCXXVIII, c. 8.

[13] Ibidem: «  Vultis noscere quia non facit martyrem poena sed causa? Tres illas cruces attendite ubi Dominus crucifixus est in medio duorum latronum. Poena aequalis erat sed causa separabat quos poena iungebat […]Tres erant cruces. Aequalis poena sed dispar est causa. Unus damnandus alter salvandus, in medio damnator et Salvator. Unum punit, alterum solvit. Crux illa tribunal fuit ». Pei luoghi paralleli cfr. : Aug. serm. CCLXXXV, c. 2, I« llud ergo praecipue commonendi estis, quod assidue commoneri, et semper cogitare debetis, quod martyrem Dei non facit poena, sed causa. Iustitia enim nostra, non cruciatibus, delectatur Deus: nec quaeritur in omnipotentis veracisque iudicio, quid quisque patiatur, sed quare patiatur. Ut enim cruce dominica nos signemus, non fecit hoc Domini poena, sed causa. Nam si poena hoc fecisset, hoc et latronum similis poena valuisset. Unus locus erat trium crucifixorum, in medio Dominus, qui inter iniquos deputatus est. Duos latrones hinc atque inde posuerunt: sed causam similem non habuerunt. Lateribus pendentis adiungebantur, sed longe separabantur. Illos facinora sua, illum crucifixerunt nostra. […] Crux Christi in medio non fuit supplicium, sed tribunal: de cruce quippe insultantem damnavit, credentem liberavit». Cfr. anche Aug. epist. CCIV, 4 (CSEL 57): « Verum nos et occupatissimi sumus et in aliis plurimis opusculis nostris huius modi vaniloquia refutavimus. Iam enim nescio quotiens disputando et scribendo monstravimus non eos posse habere martyrum mortem, quia Christianorum non habent vitam, cum martyrem non faciat poena, sed causa». Cfr. anche Aug. serm. CXXXVIII, 2 : « Nam et apud haereticos, qui propter iniquitates et errores suos aliquid molestiarum perpessi fuerint, nomine martyrii se iactant, ut hoc pallio dealbati facilius furentur, quia lupi sunt. Si autem scire vultis in quo numero habendi sunt, pastorem bonum Paulum apostolum audite; quoniam non omnes qui corpora sua in passione etiam ignibus tradunt, aestimandi sunt sanguinem fudisse pro ovibus, sed potius contra oves. Si linguis, inquit,hominum loquar et Angelorum, caritatem autem non habeam, factus sum velut aeramentum sonans, aut cymbalum tinniens. Si sciero omnia sacramenta, et habuero omnem prophetiam, et omnem fidem, ita ut montes transferam, caritatem autem non habeam, nihil sum. Magna ergo res est postremo fides montes transferens. Illa quidem magna sunt; sed si ego haec sine caritate habeam, inquit, non illa, sed ego nihil sum. Sed adhuc istos non tetigit, qui falso martyrii nomine in passionibus gloriantur ». In generale si veda C. Lambot, Sermons complétés de saint Augustin. Fragments de sermons perdus. Allocution inédite de saint Augustin, in "Revue Bénédictine" 51, 1939, pp. 3-30).

Repost 0
Published by Disputationes theologicae - dans A l'école théologique romaine
commenter cet article