Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2022 5 29 /07 /juillet /2022 21:40

Mise en garde sur cette tendance

24 juin 2022, Fête du Sacré-Cœur de Jésus

 

Et aujourd'hui ils parlent de «brigandage»...

 

Les lecteurs de cette revue née dans la logique d'une critique constructive à large spectre, se souviendront que nous avons consacré des articles détaillés au danger réel pour l'Institut du Bon Pasteur de perdre les spécificités de sa fondation en 2006. Ces études présentes dans cette revue méritent d'être relues face aux récentes sorties de l'Abbé Laguérie. En fait, en quelques interventions, il manifeste maintenant une ligne opposée, et même diamétralement opposée, à celle qu'il tenait officiellement jusqu'à il y a environ un an. Certes, Traditionis Custodes a été une douche froide pour un certain traditionalisme qui voulait se nourrir d'illusions, et ajoutons que maintenant l'Abbé Laguérie n'est plus le Supérieur Général de l'Institut...

A titre d'exemple, il y a une dizaine d'années, alors qu'il était encore en fonction, il écrivait dans la Position commune des membres du Conseil général de l'IBP, Dans le respect du Magistère et du Droit liturgique en vigueur, rédigée à Paris le 23 juin et remise officiellement à Mgr. Pozzo le 20 juillet 2011 : « Nous recevons le texte de tous les Conciles, et notamment du concile Vatican II selon les normes définies par l'Église [...] nous nous attachons à promouvoir "l'herméneutique de continuité et de réforme" ». En ce qui concerne la messe de Paul VI : « Nous attestons "la validité́ ou la légitimité́ du Saint Sacrifice de la Messe ou des Sacrements célébrés dans la forme ordinaire", selon les termes de l'Instruction Universae Ecclesiae du cardinal Levada (30/04/2011)». Dans ce même texte - position officielle - toutes les références au droit de célébrer exclusivement dans le rite traditionnel ont été éliminées et on ne parle plus désormais que de rite propre. Abstraction faite de tout jugement sur le fond, on se demande : où est la cohérence avec les déclarations rapportées dans l'interview accordée à Anne Le Pape dans le journal présent du 19 janvier 2022 cité au-dessous de cet article?

Nous avons amplement analysé cette question dans de nombreux articles antérieurs, parmi lesquels nous citons à titre d'exemple: Le “rite propre” et l’“herméneutique de continuité” sont-ils suffisants?

De plus, était-ce vraiment nécessaire de faire l’éloge servile de Mgr Pozzo, au moment où il venait de formuler la menace d’une possible abolition de la messe traditionnelle, précisément lors de sa conférence au séminaire de l’IBP? Mgr Pozzo: la Messe “extraordinaire” peut être interdite par l’autorité

Le lecteur trouvera ci-dessous des textes récents d’une teneur diamétralement opposée. Bien sûr, il ne serait pas juste d'attribuer uniquement à l'abbé Laguérie le phénomène que nous décrivons dans le titre, mais cet ensemble de données, ainsi que nos articles précédents, ont une valeur illustrative claire. La question qui se pose, y compris dans le monde catholique traditionnel, est la suivante : dans quelle mesure les choix sont-ils dictés par la conscience et dans quelle mesure sont-ils dictés uniquement par l’utilité ? Ou par la “supposée” utilité?

La Rédaction de Disputationes Theologicae


 

Voici les extraits publiés sur internet de l'interview d'Anne Le Pape avec l'abbé Philippe Laguérie, Présent, 19 janvier 2022:

Monsieur l’abbé, pensiez-vous revivre un jour une période de chasse aux sorcières (si j’ose cette expression) vis-à-vis du rite traditionnel?

Oui et non ! Si l’on considère les causes profondes de la révolution liturgique des années soixante, l’infestation moderniste du brigandage de Vatican II (bien plus sinistre que celui d’Éphèse!), les mêmes causes produisant les mêmes effets : oui ! Malgré la tentative, qu’on peut dire aujourd’hui échouée, sous Benoît XVI, de rendre à la liturgie bimillénaire de l’Église ses lettres de noblesse, le personnel de l’Église est resté et demeure foncièrement révolutionnaire. « Un mauvais arbre ne peut porter de bons fruits... » Mais à considérer la violence des deux derniers documents romains (Traditionis Custodes et les réponses aux Dubia), leur mépris de la tradition liturgique, le cynisme des mesures adoptées, la rage même de destruction systémique qui suinte la haine, alors on se dit que le pape ne travaille plus « aux périphéries » mais bien plutôt sur une autre galaxie. On sait d’ailleurs de ses voyages que son orthodoxie est inversement proportionnelle au carré de son altitude! Oui: consternation. Nous voilà revenus aux années 70, aux suspens a divinis, au « séminaire sauvage », aux « excommunications ». Odeur de poudre.

Comment comprendre l’attitude du pape François: purement malveillante, ou simplement cohérente avec Vatican II?

Ne surtout pas perdre de vue que le pape actuel est un jésuite! C’est la première fois et, j’espère bien, la dernière. Toujours, un jésuite préférera l’efficacité à la cohérence. Saint Ignace le savait bien, qui avait assujetti ses religieux à un quatrième vœu : celui d’obéissance au pape. Histoire de limiter la casse de ces génies (car la Compagnie en compte à foison). Que l’efficacité livrée à elle seule n’y devienne pas extravagance, présomption, mégalomanie, autoréférence. Les cardinaux l’avaient compris, qui jamais n’avaient élu un jésuite. Un jésuite pape, sans supérieur donc, c’est un génie fou aux commandes d’ un Mirage ou d’un Rafale: garez-vous. Sans qu’il ne soit besoin de supposer au for interne la moindre malveillance. Allons donc, qui vous l’autorise? Un jésuite peut vous assassiner quelqu’un Ad majorem Dei gloriam; facile, si son supérieur n’ y trouve rien à redire et s’il manipule convenablement sa direction d’intention (cf. Les Provinciales). Au XVIIe siècle, ils avaient inventé tant d’ hérésies (probabilisme, molinisme, casuistique, etc.) que le pape dût leur imposer le silence. Et ils se turent! Mais aujourd’hui, on ne voit pas bien, sauf Jésus-Christ lui- même, qui pourrait faire taire un jésuite sans supérieur... Au moins qu’il ne prenne plus l’ avion.

Que pensez-vous de l’objection: «Ne vouloir célébrer que dans l’ancien rite est contester la valeur du nouveau»?

Là-dessus, je me dois d’être clair, après une période de silence diplomatique. Je suis de ceux qui pensent que notre refus absolu de la messe de Paul VI n’est ni affectif, ni disciplinaire, ni charismatique, etc. Il est théologal, théologique, dogmatique et moral. Absolu, quoi! Le péché originel de cette querelle liturgique détestable dans l’Eglise, c’est l’inénarrable et folle audace du pape Paul VI de promulguer un nouvel ordo missae basé sur la recherche des experts, des F... M... et des protestants, et de mettre aux orties (avec des trémolos dans la voix) la messe des pontifes Léon et Grégoire, grands tous les deux. La liturgie catholique ne peut et ne doit être qu’une transmission de l’héritage des Apôtres. Une messe concoctée 19 siècles plus tard ne peut être qu’une ambition prométhéenne, une chimère romantico-libertaire, un populisme de mauvais goût, indigne de l’Eglise de Jésus-Christ. La promulgation du nouvel ordo missae de Paul VI est sans doute légale et valide, mais sûrement pas légitime. Ce qui va être très instructif dans cette crise, c’est le repositionnement d’un chacun: ceux qui survivent par diplomatie et dos ronds ecclésiastiques vont se noyer. Seuls subsisteront les passionnés de la vérité. Ayant passé ma vie à combattre, je suis heureux de constater que je vais mourir, non comme un retraité, mais comme un soldat.

Comment envisagez-vous la question des ordinations?

Je laisse cette question au supérieur général de notre institut, M. l’abbé Gabriel Barrero, qui l’a bien prise en main et avec quelques belles perspectives, mais qui réclame à juste titre le silence...

Y a-t-il selon vous un risque réel de rupture de transmission du rite traditionnel? Si oui, quelles en seraient les conséquences?

Aucun, aucune! La «bataille» de la messe catholique a été gagnée définitivement et irréversiblement par Mgr Lefebvre dans les années 80. Ce qui est fait n’est plus à faire! Il y a des dizaines de milliers de prêtres de par le monde qui célèbrent la messe grégorienne et ce ne sont pas les gesticulations de quelque secrétaire romain ou de quelque évêque résidentiel, qui fait des heures « sup », qui y changeront quelque chose. C’est trop tard : nous avons gagné la bataille. Je ne suis pas de ceux qui spéculent sur un infarctus ou un AVC du pape: je trouve cela misérable, d’autant que le parieur pourrait bien faire les frais de son pari. Je sais par contre que TOUS les prêtres que je connais (à commencer par moi) ne passeront jamais à cette messe qui a ruiné l’Eglise d’Occident, d’Amérique et d’Afrique. Macron aura plutôt fait de vacciner les fœtus que François de nous imposer la synaxe de Paul VI. Avec 43 ans de sacerdoce, croyez-vous seulement que j’irai demander quelque permission à qui que ce soit pour célébrer la messe de mon ordination?

Partager cet article
Repost0

commentaires